La triste fin de carrière de Batigol

le
0
La triste fin de carrière de Batigol
La triste fin de carrière de Batigol

Gabriel Batistuta a marqué plus de 200 buts pour la Fio et été le héros du Scudetto romain en 2001. Transféré à 31 ans pour 30 millions d'euros à la Roma, l'Argentin va pourtant rapidement faire connaissance avec le vieillissement, et ça va faire mal.

23 février 2003, 63e minute de jeu à San Siro, 0-0. Enzo Maresca (Piacenza) est au sol, peut-être victime d'un tacle trop appuyé de Domenico Morfeo. Mais le milieu intériste s'en fout : il récupère le cuir et, face au but, sert ce bon vieux Stéphane Dalmat, titularisé pour la quatrième fois de la saison. Quelque peu décalé sur la droite, le Français profite de la glissade de son opposant pour tenter sa chance au but. Sa frappe n'est ni puissante ni dangereuse, le gardien Orlandoni s'apprête donc à s'emparer du ballon pour relancer ses couleurs. En véritable renard des surfaces, Gabriel Batistuta l'a sûrement compris et dévie donc la trajectoire de la balle d'un petit extérieur du gauche. Ça suffit pour rentrer. L'Inter prend l'avantage, et surtout, le vétéran argentin ouvre son compteur but après quatre titularisations faites de mutisme. Batigol est heureux, et ça se voit. Il court vers son banc, prend tout le monde dans ses bras, harangue la foule et dégage le ballon de soulagement. Il faut dire que depuis près d'un an, l'ex-goleador de la Fiorentina culmine à seulement quatre réalisations en Serie A.
Un déclin amorcé après le Scudetto
À ce moment, il est déjà bien loin le temps où Batistuta enquillait les buts avec la Fiorentina neuf saisons durant, terminant même meilleur buteur de Serie A en 1995. Peut-être qu'en dégageant ce ballon dans les tribunes, il repense à ce printemps 2000, celui durant lequel il a annoncé, le cœur déchiré, qu'il allait quitter la Viola pour espérer attraper au moins un titre de champion en Europe. Flairant le bon coup, l'Inter et la Lazio se jettent alors sur le buteur à la longue chevelure, mais c'est finalement l'AS Rome de Fabio Capello qui va attirer l'Argentin. Quand il est transféré pour 30 millions d'euros à la capitale, Batistuta a déjà 31 ans, et devient ainsi le trentenaire le plus cher de l'histoire du football. La suite est de l'ordre du rêve de gamin : Batigoal termine meilleur buteur de son équipe, est la star au milieu de Totti, Montella et Cafu, mais surtout, surtout, il décroche enfin le Scudetto, le premier de sa carrière et le premier du club depuis près de 20 ans.

Peut-être qu'après autant d'années à attendre ce titre, le vétéran accuse le coup. Reste que la saison suivante, il commence à décliner : ses courses sont (logiquement) moins rapides, il est moins efficace et termine péniblement l'exercice avec 6 buts…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant