La trêve syrienne menacée par la situation à Homs

le
0
    BEYROUTH, 18 septembre (Reuters) - Plusieurs centaines de 
rebelles vont être évacués lundi d'Al Waer, dernier secteur de 
Homs entre leurs mains, a annoncé le gouverneur de la ville, ce 
qui, pour l'opposition, revient à une proclamation de la fin de 
la trêve de la part de Damas. 
    Un cessez-le-feu précaire négocié par les Etats-Unis et la 
Russie est entré en vigueur lundi dernier en Syrie, mais les 
violations se multiplient et la situation à Homs, dans le 
Centre-Ouest, pourrait donc compromettre un peu plus sa 
prolongation.  
    Parallèlement à la trêve, le gouvernement cherche à conclure 
des accords ponctuels avec les rebelles assiégés par les forces 
gouvernementales, auxquels il propose des saufs conduits pour 
gagner la province d'Idlib, tenue par l'opposition, dans le 
Nord-Ouest. Pour les adversaires de Bachar al Assad, ces accords 
entrent dans le cadre d'une politique inacceptable de 
déplacements forcés.  
     Talal Barazi, gouverneur de Homs, a annoncé à Reuters que 
250 à 300 combattants devaient quitter Al Waer lundi. 
L'évacuation, dont c'est la troisième phase, sera, selon lui, 
achevée d'ici quelques semaines. "A la fin, il n'y aura plus ni 
armes ni combattants à Al Waer", a-t-il ajouté.  
    "Si quelqu'un est évacué d'Al Waer ou de toute autre zone 
assiégée de Syrie (...), c'est que le régime a clairement 
renoncé à toute trêve et les mouvements révolutionnaires 
exerceront leur droit légitime à la combattre", disent quant à 
elles plusieurs composantes de l'Armée syrienne libre, dans un 
communiqué également signé par les islamistes d'Ahrar al Cham.  
    Al Waer compte 60.000 habitants. Trois cents insurgés ont 
déjà quitté le quartier en décembre dans le cadre d'un accord 
conclu avec Damas.   
 
 (Tom Perry et Linda Barrington avec Kinda Makieh à Damas, 
Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant