La trêve au Yémen non respectée par les parties au conflit

le , mis à jour à 17:29
0
 (Actualise avec attaques de part et d'autre) 
    SANAA, 20 octobre (Reuters) - La trêve au Yémen négociée par 
les Nations unies n'aura tenu que quelques heures jeudi, chaque 
partie au conflit ayant fait état de tirs de la partie adverse. 
    La coalition militaire conduite par l'Arabie saoudite, qui 
lutte depuis mars 2015 pour chasser du pouvoir les milices 
chiites houthies appuyées par l'Iran, a fait état de tirs de 
roquettes sur le territoire saoudien. 
    Des civils ont été blessés par ces tirs qui ont touché les 
provinces de Djazan et Najrane, dans le sud du royaume, dit la 
coalition dans un communiqué. 
    Les Houthis, pour leur part, disent avoir lancé des attaques 
contre des bases militaires saoudiennes ces deux derniers jours 
et que jeudi un bombardement de la coalition a tué trois civils 
dans la province de Saada (nord). 
    Prévu pour une durée initiale de 72 heures, le cessez-le-feu 
a pris effet une minute avant minuit mercredi soir. Il a permis 
toutefois à la capitale, Sanaa, de connaître sa première nuit 
sans bombardements aériens depuis plus de trois mois. 
    Le gouvernement yéménite en exil dit que les Houthis ont 
violé la trêve à 43 reprises depuis son entrée en vigueur. 
    Ainsi, la ville de Taëz a subi "un intense bombardement" des 
milices houthies, qui assiègent la localité, a-t-il rapporté, 
selon l'agence de presse officielle yéménite Saba.  
    A l'inverse, selon une agence de presse proche des Houthis, 
les forces loyalistes ont lancé une attaque dans la province 
d'Al Djaouf, dans le nord-ouest du pays. 
    La coalition militaire formée par l'Arabie saoudite a promis 
de respecter le cessez-le-feu à condition que ses ennemis 
fassent de même et permettent l'acheminement d'aide humanitaire 
dans les zones de combat. 
    La guerre au Yémen a fait au moins 10.000 morts. De 
précédents cessez-le-feu n'ont tenu que quelques jours mais ont 
contribué à une baisse dans l'intensité des combats. 
 
 (Mohammed Ghobari, Gilles Trequesser pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant