La tragédie du bomber Jacovone

le
0

Dans les années 70, le club de Taranto, emmené par son attaquant vedette Erasmo Jacovone, cultivait le rêve d'une montée historique en Serie A. Jusqu'au jour où l'équipe perdit tragiquement son buteur à moustache.

Il est minuit quarante, ce lundi 6 février 1978. La soirée se termine et le restaurant La Masseria, situé à San Giorgio Ionico, à quelques kilomètres de la ville de Taranto, est sur le point de fermer ses portes. Les derniers clients, qui viennent d'assister à un petit concert d'Oreste Lionello pendant leur dîner, sortent de l'établissement, et montent dans leur véhicule pour regagner leur domicile. Parmi les voitures, il y a une Citroën Dyane 6, immatriculée dans la ville de Modène. Le conducteur est seul à son bord. Il démarre, avance lentement sur un petit sentier et s'apprête à rejoindre la Nationale qui le ramènera en quelques minutes à Taranto. Mais au moment de tourner sur la route en question, un autre véhicule, une Alfa Gt 2000, déboule à 180 km/h, tous phares éteints, pour échapper à une voiture de police lancée à sa poursuite. La Dyane 6 n'a pas le temps de piller que la Gt 2000 la percute de plein fouet, avec une violence inouïe. Celle-ci fait quelques tonneaux et termine sa course dans un champ, quelques mètres plus loin. Le fugitif qui était au volant, Marcello Friuli, en ressort indemne, avec juste quelques blessures minimes. Le pilote de la Dyane 6, lui, est éjecté de sa voiture. Il sera retrouvé vingt mètres plus loin, sans vie. Il s'appelait Erasmo Jacovone. Il avait 26 ans et était attaquant du club de Taranto, en Serie B. À ce moment-là, il était même meilleur buteur du championnat, et idole des supporters.

"Un bon sens du but et un excellent jeu de tête"


Dire que la carrière d'Erasmo Jacovone (ou Iacovone, on peut écrire les deux, ndlr) était sur la pente ascendante est un moindre constat. Pendant plusieurs années, ce joueur né dans le petit village de Capracotta, en Molise, a galéré dans les divisions inférieures. Il débute à 19 ans avec le club de l'OMI Roma, en Serie D. 25 matchs, deux buts. Pas franchement le ratio d'un futur crack. Pourtant, un an plus tard, il est repéré par la Triestina, un niveau au-dessus. Un flop, puisqu'il ne trouve jamais le chemin des filets en 13 apparitions. À l'été 1973, retour en Serie D, donc, cette fois-ci à Carpi. Le bon choix. À 21 ans, Jacovone va enfin sortir du bois. Il devient l'un des joueurs clefs de l'équipe, plante 13 pions et contribue grandement à la montée de Carpi en Serie C. Mais le gaillard a la bougeotte, il ne réussit pas à rester plus d'un an dans le même club. Du coup, en 1974, il accepte l'offre de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant