La torture «en plein essor mondial» selon Amnesty international

le
0
La torture «en plein essor mondial» selon Amnesty international
La torture «en plein essor mondial» selon Amnesty international

Il y a trente ans était signée la convention des Nations unies contre la torture. Ce mardi, Amnesty international dénonce une pratique «en plein essor mondial», et des sévices «normalisés» par la guerre contre le terrorisme. Dans un rapport intitulé «30 ans d'engagements non tenus», elle passe en revue les actes de tortures dans le monde entier. 

44% des sondés craignent la torture en garde à vue

L'organisation a mené une enquête colossale sur cinq ans. Dans le monde entier, Amnesty a interrogé 21 000 personnes dans 21 pays. Dans son rapport, l'ONG affirme que des des incidents impliquant des actes de torture ont eu lieu dans 141 pays, dont 79 des 155 Etats qui ont ratifié la convention des Nations unies de décembre 1984. 44% des sondés affirment craindre d'être torturés dans le cas où ils seraient placés en garde à vue.

Plus effrayant encore, 36% des personnes interrogées considèrent la torture comme quelque chose de parfois «nécessaire» et «acceptable» afin d'obtenir des informations pour protéger la population.

Les pays les plus touchés : Mexique, Philippines, Maroc...

La torture «a été presque normalisée, c'est devenue la routine», regrette le secrétaire général d'Amnesty, Salil Shetty. «Depuis la soi-disant guerre contre le terrorisme, l'usage de la torture particulièrement aux Etats-Unis et dans leurs sphères d'influence (...) a été complètement normalisé», ajoute-t-il, expliquant ce phénomène par «les attentes en terme de sécurité nationale».

En alerte, l'organisation non-gouvernementale de défense des droits de l'homme, dont le siège est à Londres, lance ce jour une nouvelle campagne de deux ans visant à faire cesser la torture. Elle se concentrera sur cinq pays dans lesquels l'ONG estime que cette pratique a le plus d'impact : le Mexique, les Philippines, le Maroc et le Sahara occidental, le Nigeria et l'Ouzbékistan.

Les séries 24 Heures et Homeland dans le viseur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant