La torchère de la plate-forme Total en mer du Nord s'est éteinte

le
0
LA TORCHÈRE DE LA PLATE-FORME TOTAL EN MER DU NORD S'EST ÉTEINTE
LA TORCHÈRE DE LA PLATE-FORME TOTAL EN MER DU NORD S'EST ÉTEINTE

PARIS (Reuters) - La torchère d'une plate-forme de Total en mer du Nord s'est éteinte naturellement dans la nuit de vendredi à samedi, éloignant le risque d'explosion sur le complexe de la compagnie pétrolière française où une fuite de gaz a été détectée il y a une semaine.

"La torchère sur la plate-forme Elgin s'est éteinte la nuit dernière", a écrit samedi le PDG de Total, Christophe de Margerie, sur le compte Twitter de la compagnie.

La torchère, qui constituait un facteur de risque d'explosion tant qu'elle restait allumée, s'est éteinte naturellement, a confirmé à Reuters un porte-parole de Total.

La torchère, nécessaire pour purger le gaz en excès et éviter une trop grande pression sur la plate-forme, se situe à moins de 100 mètres de la fuite de gaz.

L'extinction de la torchère "est un risque en moins, même si la situation reste toujours très sérieuse", a dit Jacques-Emmanuel Saulnier, porte-parole de Total, sur BFM-TV. "Elle s'est stabilisée, nous avons cette torchère qui s'est éteinte d'elle-même, ce que nous espérions même si nous nous apprêtions à intervenir, mais notre priorité absolue est toujours d'interrompre cette fuite de gaz."

La fuite de gaz a contraint Total à évacuer les 238 personnes qui travaillaient sur la plate-forme, située à environ 240 kilomètres au large de la ville écossaise d'Aberdeen.

"RISQUES MINIMAUX"

Total a annoncé vendredi que le forage de deux puits de secours débuterait "dès que possible". Le groupe envisage également d'injecter de la boue dans le puits d'où provient la fuite de gaz.

Michel Hourcard, directeur du développement de la branche exploration et production de Total et porte-parole technique sur l'incident d'Elgin, a ajouté qu'il était "raisonnable" de tabler sur une durée de six mois.

Un bateau affrété par Greenpeace devait par ailleurs quitter l'Allemagne samedi pour se rendre à proximité de la plate-forme.

Greenpeace souhaite "témoigner de manière indépendante des premières conséquences" de l'accident survenu le 25 mars sur la plate-forme d'Elgin, a précisé un porte-parole de l'organisation écologiste. Le bateau devrait arriver sur les lieux dimanche soir.

Total a estimé que les opérations de surveillance et d'intervention sur le puits concerné, dont l'exploitation avait été stoppée en 2011 après des anomalies, s'étaient faites dans le respect des procédures en vigueur.

Une source syndicale a dit que des employés de Total sur la plate-forme d'Elgin avaient mis en garde le groupe contre les risques de fuite avant que celle-ci ne survienne mais s'étaient vu répondre que l'incident ne "pouvait pas se produire".

Total et les autorités britanniques ont qualifié de "minimaux" les risques potentiels pour l'environnement de ce nuage de gaz et d'une fine nappe de pétrole qui s'est répandue sur les eaux en surface. Des experts des questions environnementales ont toutefois estimé qu'à faible distance le cocktail" de gaz serait soit inflammable soit toxique.

Muriel Boselli avec Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant