La tireuse de San Bernardino se serait radicalisée en Arabie

le
0
    par Mehreen Zahra-Malik 
    KAROR LAL ESAN, Pakistan, 5 décembre (Reuters) - Tashfeen 
Malik, la Pakistanaise qui a tué 14 personnes mercredi avec son 
mari Syed Farook à San Bernardino, en Californie, s'est sans 
doute radicalisée lorsqu'elle vivait en Arabie saoudite avec son 
père, selon des membres de sa famille restés au Pakistan.  
    Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont attribué samedi 
à deux de leurs "partisans" la responsabilité de la tuerie, que 
le FBI considère comme un acte terroriste.  ID:nL8N13U08K  
    Le couple a été tué par la police après la fusillade.  
    Le père de Tashfeen Malik a rompu avec sa famille après un 
différend au sujet d'un héritage et s'est donc exilé en Arabie 
saoudite avec sa fille, qui était alors en bas âge, ont expliqué 
ses proches interrogés par Reuters au Pakistan. 
    "D'après ce que nous avons entendu dire, ils vivaient 
différemment. Leur état d'esprit était différent. Nous sommes 
d'une terre de soufis. C'est très choquant pour nous", a 
expliqué Hifza Bibi, belle-soeur du père de Tashfeen Malik et 
institutrice à Karor Lal Esan, dans le Pendjab.  
    "Notre frère (...) est parti en Arabie saoudite et, depuis, 
il se fiche de nous tous ici. Que peut-on attendre d'un homme 
qu'i n'est pas venu assister aux obsèques de sa mère ?", 
a-t-elle souligné. 
    "Nous sommes très attristés, mais aussi honteux que 
quelqu'un de notre famille ait fait une chose pareille. On ne 
peut pas imaginer commettre un tel acte. C'est un état d'esprit 
qui nous est étranger", a ajouté Javed Rabbani, oncle de 
Tashfeen.  
     Après son séjour en Arabie, la jeune femme est rentrée au 
Pakistan où elle a étudié à la faculté de Pharmacie de Multan 
entre 2007 et 2012. Elle vivait alors dans une résidence 
universitaire.  
    "Elle était considérée comme une bonne étudiante sans 
tendance religieuse extrémiste", a déclaré un membre des 
services de renseignement.  
    Tashfeen, qui, d'après sa carte d'identité, était âgée de 29 
ans, est ensuite revenue au Pakistan en 2013 et 2014, mais on 
ignore ce qu'elle y a fait, selon des membres des services de 
sécurité.  
    D'après la presse, elle était en contact avec des adeptes de 
la Mosquée rouge, haut lieu de l'extrémisme islamiste à 
Islamabad. Un imam et un représentant de l'établissement ont dit 
tout ignorer d'elle.  
 
 (Avec Amjad Ali à Islamabad et Syed Raza à Karachi Hassan , 
Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant