La Thaïlande persiste à soutenir le caoutchouc

le
0

Le gouvernement thaïlandais a échoué jusqu'ici à faire remonter les prix du caoutchouc, mais il continue à acheter de la gomme d'hévéa en masse pour soutenir le marché local. Le ministère de l'Agriculture dispose d'une nouvelle enveloppe de 15 milliards de bahts pour constituer des stocks d'intervention.

La Thaïlande a déjà débloqué la même somme, soit 381 millions d'euros, au printemps pour tenter de faire rebondir les cours du caoutchouc. D'après le ministère de l'Agriculture, 80.000 tonnes de feuilles de caoutchouc ont rejoint depuis les entrepôts nationaux. Cette politique d'achat public équivaut à la valeur de 5% des recettes d'exportation de caoutchouc du pays (679 milliards de bahts pour 2,95 millions de tonnes exportées selon la Rubber Authority of Thailand).

Le caoutchouc brut se négocie en Thaïlande autour de 82 bahts (2,10 euros) le kilo, alors que le gouvernement estime que 120 bahts le kilo serait une juste rémunération du travail des producteurs.

Toutefois, l'entente formée avec l'Indonésie et la Malaisie, les deux autres principaux producteurs mondiaux, mi-août a eu un effet, en relevant de 6% le cours du TOCOM, passé par un plus bas de 199 yens le kilo le 16 août. Mercredi 22 août, le contrat à terme pour livraison en septembre se montait à 213,2 yens, soit 40% de moins qu'un an plus tôt.

La Thaïlande est le premier producteur mondial de caoutchouc (3,57 millions de tonnes en 2011-2012) et le premier exportateur de ses produits dérivés. Les trois premiers producteurs, Thaïlande, Indonésie et Malaisie représentent 70% du total mondial.

La Chine absorbe le tiers des exportations de caoutchouc thaïlandais, et sa santé économique joue sur le cours du produit, rappelle la Chambre de commerce thaïlandaise dans une étude sur le futur du caoutchouc. Les auteurs suggèrent au gouvernement de soutenir l'industrie de transformation plutôt que d'acheter la matière première.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant