La Thaïlande à la merci d'un «coup d'État aquatique»

le
0
La chef du gouvernement n'est plus obéie. Le pays, submergé par les eaux, pourrait confier son destin à l'armée.

Au milieu des inondations monstrueuses qui ravagent le pays depuis juillet, l'armée pourrait de nouveau déterminer la trajectoire politique du royaume. Devant les errements du gouvernement de Yingluck Shinawatra face à la catastrophe, l'opposition réclame la déclaration de l'état d'urgence, ce qui donnerait toute autorité aux gradés. Après le «coup d'État vertueux» de 2006, censé délivrer les Thaïlandais d'un premier ministre tyrannique et corrompu, puis le «demi-coup d'État» de 2010, pour maintenir au pouvoir le Parti démocrate d'Abhisit Vejjajiva, une version aquatique du putsch se jouerait aujourd'hui. Les adversaires du premier ministre utiliseraient les intempéries - qui ont tué 350 personnes et paralysé une bonne partie de l'économie - à des fins poli­tiques. Ils empêcheraient une réponse coordonnée du gouvernement pour saper sa crédibilité, explique-t-on dans l'entourage de Yingluck Shinawatra.

Si celle-ci a tardé à prendre la mesure des inondati

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant