La tension remonte d'un cran à Hong Kong

le
0

HONG KONG, 15 octobre (Reuters) - La tension est montée d'un cran mercredi à Hong Kong où les policiers ont fait usage de gaz au poivre pour déloger des manifestants pro-démocratie qui avaient de nouveau bloqué une des principales artères de la ville. Plusieurs manifestants ont été jetés à terre et emmenés par les forces de l'ordre. "Nous sommes pacifiques, nous ne voulons que la démocratie, pourquoi faites-vous cela", a hurlé une manifestante. Après la destruction de leurs barricades mardi matin par la police, plusieurs centaines de manifestants s'étaient regroupés dans un tunnel routier de Lung Wo Road, une quatre voies qui traverse le quartier d'Admiralty. C'est là que les forces de l'ordre sont entrées en action aux premières heures de la nuit de mardi à mercredi, déblayant les nouveaux barrages improvisés par les manifestants. Le nombre de manifestants, qui étaient 100.000 au plus fort de la mobilisation, au début du mois, a fortement baissé ces derniers jours mais plusieurs milliers de contestataires continuent de camper à proximité du siège du pouvoir exécutif régional. Ils réclament le droit de pouvoir élire librement le futur chef de l'exécutif local alors que les règle électorales édictées fin août par le Parlement chinois prévoient que seule une poignée de candidats "patriotes" sélectionnés par une commission désignée par le pouvoir pourront briguer leurs suffrages. Les manifestants exigent aussi la démission de l'actuel chef de l'exécutif de la "région administrative spéciale" de Hong Kong, Leung Chun-ying. Ce dernier, qui a exclu de démissionner, a également indiqué qu'il n'y avait aucune chance que Pékin revienne sur ses intentions. (James Pomfret; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant