La tension ne retombe pas à Libération

le
0

Le journal ne fera pas grève ce lundi. Mais les salariés, sous le choc de la proposition visant à transformer «Libé» en espace culturel, envisagent une procédure judiciaire pour «délit d'entrave» contre les actionnaires.

Au terme d'une Assemblée générale de deux heures, dimanche midi, le divorce a été prononcé entre les salariés du quotidien et les actionnaires Bruno Ledoux et Edouard de Rothschild ainsi qu'avec les membres du directoire Nicolas Demorand, Philippe Nicolas et François Moulias.

Les salariés ont été profondément choqués par le plan dévoilé par les actionnaires vendredi soir ainsi que par les propos insultants de Bruno Ledoux traitant les journalistes de Libération de «ringards et d'esprits étriqués».

Le drame s'est joué vendredi soir avec la présentation par les actionnaires d'un plan visant à transformer Libération, d'éditeur de presse papier en un «réseau social, créateur de contenus, monétisable sur une large palette ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant