La tension monte à Calais, confronté à la forte présence de migrants

le
0
La tension monte à Calais, confronté à la forte présence de migrants
La tension monte à Calais, confronté à la forte présence de migrants

Calais, où stationnent dans un bidonville de la périphérie 4.000 réfugiés désireux de passer en Grande-Bretagne, a connu un week-end de tension. Au lendemain d'une nouvelle action spectaculaire de migrants, encadrés par l'organisation No Borders, qui sont parvenus à monter sur un ferry dans le port, une manifestation de commerçants s'est déroulée ce dimanche en présence de la maire.

Dans ce contexte crispé, la maire de Calais Natacha Bouchart et Xavier Bertrand, président de la région, membre comme elle du parti Les Républicains, seront reçus le 3 février à Paris par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, accompagné de la garde des Sceaux Christiane Taubira.

Sans mot d'ordre politique et évitant toute prise de position hostile aux migrants, quelque 2.000 personnes ont défilé dans le calme pour «soutenir les emplois» dans les rues de la sous-préfecture du Pas-de-Calais, régulièrement théâtre d'incidents en relation avec un vaste campement situé près de la rocade portuaire.

Dans les premiers rangs avait pris place Mme Bouchart, qui s'était jusqu'ici tenue à l'écart de toute manifestation de rue et avait même appelé les Calaisiens à faire de même. Après l'intrusion de migrants sur le port samedi, elle avait à nouveau donné de la voix, demandant «solennellement au président Hollande de venir sur place à Calais pour régler les problèmes liés au camp».

VIDEO. Calais : évacuation des personnes montées à bord du ferry

Ce rassemblement était prévu avant les incidents de samedi, qui ont toutefois sans doute contribué à lui donner une ampleur inattendue. De surcroît, après le passage d'un cortège pro-migrants en ville la veille, la statue du général de Gaulle, située place d'Armes, avait été retrouvée taguée d'une inscription «Nik la France» (ainsi orthographiée), qui a suscité l'indignation, notamment chez les responsables du parti Les Républicains, à Calais et bien au-delà. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant