La teneur en C02 atteint le seuil record de 400 ppm à Hawaii

le
2
RECORD DE TENEUR EN C02 DANS L'AIR
RECORD DE TENEUR EN C02 DANS L'AIR

par Deborah Zabarenko

WASHINGTON (Reuters) - La teneur en dioxyde de carbone de l'atmosphère a atteint la barre des 400 parties par million (ppm) dans une station d'observation de Hawaii qui fait référence, et cela pour la première fois depuis le début de relevés réguliers en 1958, a rapporté vendredi l'Administration nationale océanique et atmosphérique (NOAA).

"C'est important car c'est un marqueur qui illustre une progression constante de la teneur de C02 dans l'atmosphère", a expliqué James Butler, du Laboratoire de recherches terrestres à la NOAA.

Quatre cents parties par million signifie qu'il y a 400 molécules de dioxyde de carbone pour chaque million de molécules dans l'air. Le fait que ce seuil, considéré comme un niveau dangereux par la plupart des climatologues, ait été atteint, pèsera lourd aux négociations internationales sur les changements climatiques.

Depuis nombre d'années, les scientifiques disent que la concentration de C02 dans l'atmosphère doit être freinée, voire ramenée à 350 ppm, afin que les pays du globe puissent réussir à contenir la hausse de la température moyenne sous les deux degrés Celsius d'ici la fin du XXIe siècle.

Des dizaines de stations d'observation surveillent la présence de C02 dans l'atmosphère à travers le monde. Mais celle de Mauna Loa, montagne volcanique sur l'île principale de Hawaii, est considérée comme l'étalon en la matière.

380 PPM EN L'AN 2000

Deux instruments installés à Mauna Loa ont enregistré jeudi un niveau de 400,03 ppm. Certaines stations d'observation de l'Arctique dépassent les 400 ppm depuis plus d'un an, et la moyenne mondiale pourrait franchir le seuil des 400 dans l'année à venir, a estimé James Butler par téléphone, à Boulder dans le Colorado.

Que cela se produise ou non, l'atmosphère terrestre n'a jamais contenu autant de dioxyde de carbone depuis au moins 800.000 ans, et peut-être même depuis cinq millions d'années.

Le dioxyde de carbone, gaz à effet de serre dont la quantité influe sur les changements climatiques, demeure dans l'atmosphère pendant des siècles. Il est émis par les véhicules à combustible fossile et les usines à charbon, mais aussi par les activités naturelles comme la respiration.

En 1958, lorsque les premiers relevés réguliers en la matière ont été effectués par le scientifique Charles Keeling, en l'occurrence à Mauna Loa, ils indiquaient une teneur de l'ordre de 317 ppm. Les informations sur la "courbe de Keeling" - les relevés depuis 1958 à Hawaii - sont consultables sur le site http://keelingcurve.ucsd.edu.

Durant les 800.000 dernières années, le niveau de C02 dans l'atmosphère a fluctué entre 180 et 280 ppm. Avec la propagation des combustibles fossiles - charbon puis pétrole - depuis le début de la Révolution industrielle, la concentration a grimpé autour de 290 ppm à la fin du XIXe siècle, rappelle James Butler.

Au fil du XXe siècle, le taux d'augmentation s'est accéléré, avec un niveau de l'ordre de 370 à 380 ppm atteint en l'an 2000.

Eric Faye pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 11 mai 2013 à 16:33

    Je ne sais si c'est de l'humour, mais faire des mesures à Hawaï, ile volcanique par excellence et en éruption majeure en ce moment, certes pour démonter ce que l'on veut affirmer c'est le meilleur lieu du monde !!!

  • belleO1 le samedi 11 mai 2013 à 15:07

    Tant mieux, vive le rechauffement climatique et au diable les ecolos accrochés au passé.