La tendance se cherche à Paris

le
0
L. Grassin
L. Grassin

(lerevenu.com) - Le compte à rebours est lancé : Obama n'a plus que cinq jours pour trouver un accord avec le Congrès aux Etats-Unis pour permettre de relever le plafond de la dette, sous peine de paralysie de la plus grande économie du monde.

L'absence d'accord déclencherait une déflagration sur toute la planète financière et c'est ce que redoutent les investisseurs depuis plusieurs séances désormais. Ce matin encore, le CAC40 cède 0,25% à 4.185 points. Les investisseurs ne cèdent pas pour autant à la panique, tablant sur un accord de dernière minute, comme cela avait été le cas lors des dernières échéances. Dans l'immédiat, d'autres éléments pourraient faire bouger les indices : les marchés attendent beaucoup d'indicateurs aux Etats-Unis cet après-midi, notamment une dernière estimation du PIB du second trimestre, des données sur l'immobilier ancien et les rituels chiffres hebdomadaires de l'emploi. Côté sociétés, Alcatel-Lucent grimpe sur des rumeurs de rapprochements avec Nokia...

WALL STREET

Wall Street a fini dans le rouge mercredi soir. Les inquiétudes relatives à une éventuelle fermeture gouvernementale et au plafond de la dette persistent. Par ailleurs, les perspectives concernant la politique monétaire de la Fed restent peu lisibles, alors que la décision récente d'un statu quo monétaire sur le 'QE' avait surpris une partie des opérateurs... Le DJIA a perdu 0,40% à 15.273 pts, le Nasdaq a baissé de 0,19% à 3.761 pts, et le S&P500 a reculé de 0,27% à 1.693 pts.

ECO ET DEVISES

La confiance des ménages a poursuivi en septembre le rebond amorcé en juillet après les plus bas touchés en fin de printemps, les Français étant plus optimistes sur l'évolution de leur niveau de vie futur et moins inquiets sur celle du chômage, selon les données publiées jeudi par l'Insee. L'indicateur qui synthétise cette confiance ressort à 85 points, soit un point de plus qu'en août et six de plus que le plus bas de 79 touché en mai et juin. Il reste néanmoins bien en deçà de sa moyenne de long terme, qui est calée à 100.

Aux Etats-Unis, le PIB du 2ème trimestre 2013 dans sa lecture finale (14h30 : consensus +2,6% en rythme annualisé), les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30 : 325.000 demandes nouvelles et 2,818 millions de demandes continues), les promesses de ventes de logements d'août (16h00 : consensus -1% m/m) et l'indice de la Fed de Kansas City de septembre (17h00 : consensus 8) sont programmés.

La parité euro / dollar atteint 1,3522 ce matin. Le baril de Brent se négocie 108,26$ et le WTI 102,37$ pour l'échéance de novembre. L'once d'or se traite 1.331$ (-0,23%).

VALEURS EN HAUSSE

* Alcatel-Lucent (+6% à 2,68 Euros) : la séance s'annonce active sur le dossier aujourd'hui, après que l'agence Reuters eut annoncé qu'un débat interne est lancé chez Nokia sur le principe d'un rapprochement avec le franco-américain, du moins avec sa branche mobile. Toutefois, aucune discussion formelle n'a débuté entre les deux sociétés et la réflexion reste pour l'heure cantonnée au haut management du groupe finlandais. Un hypothétique rapprochement entre Nokia Solutions and Networks et les actifs mobiles d'Alcatel-Lucent est un thème récurrent sur les marchés depuis plusieurs années déjà, en particulier parce que les activités des deux entreprises sont bien complémentaires géographiquement, avec un Alcatel puissant aux Etats-Unis et plus faible ailleurs et un NSN qui a toujours cherché à pénétrer le marché nord-américain à partir de ses bases européennes. Le scénario a pris un nouvel essor avec la vente par Nokia de ses terminaux à Microsoft, qui laisse le groupe d'Espoo recentré sur les réseaux, un peu à la manière de ce qu'a fait son voisin scandinave Ericsson avec Sony.

* Vinci (+0,35% à 43,18 Euros) : le groupe aurait mandaté des conseils pour étudier la cession de son pôle de parkings (Vinci Park), affirment 'Les Echos' du jour, en citant des sources concordantes. Le groupe de BTP et de concessions espérerait tirer entre 1,5 et 2 milliards d'euros d'une telle opération, Vinci Park étant très rentable. Ce pôle, qui gère 2.600 parkings, a dégagé environ 200 millions d'euros de résultat brut d'exploitation (Ebitda) pour un chiffre d'affaire de 700 ME en 2012, selon ces sources.
"Les acheteurs visés sont principalement des fonds d'infrastructures", précise le quotidien économique, ajoutant que que Vinci pourrait utiliser le fruit de la cession pour se renforcer dans la construction. Un porte-parole de Vinci n'a pas souhaité commenter ces informations. Fin juillet, le PDG de Vinci, Xavier Huillard, avait déclaré que le groupe pourrait s'associer avec un autre opérateur dans les parkings.

* Eiffage (+0,05% à 41,10 Euros) : le groupe a finalisé l'acquisition des principales sociétés du groupe Smulders au Pays-Bas, conformément à ce qui avait été dévoilé en juillet dernier. Smulders, Iemants, Willems et Spomasz rejoindront ainsi la branche "Métal" du français. L'ensemble repris représentera pour l'année 2013 environ 200 millions d'euros de chiffre d'affaires en année pleine, pour 770 collaborateurs situés en Belgique, aux Pays-Bas et en Pologne. Les modalités financières n'ont pas été communiquées.

VALEURS EN BAISSE

* Renault (-0,60% à 60,11 Euros) : l'Alliance Renault / Nissan aurait repoussé de quatre ans, à 2020, son objectif de vendre 1,5 million de véhicules électriques, selon les informations du journal japonais 'Asahi', qui ne cite pas ses sources. En juin 2011, Nissan avait dévoilé un plan stratégique à horizon 2016 baptisé "Nissan Power 88", prévoyant la commercialisation de 1,5 million de véhicules électriques d'ici 2016.

* Danone (-0,30% à 56,56 Euros) : les soucis du groupe en Chine dans la nutrition infantile risquent de devenir un thème récurrent de l'automne. Après les accusations de pots-de-vin lancées contre Dumex par la télévision nationale, une autre unité locale du groupe est brocardée, par la presse écrite cette fois, pour des raisons analogues. Nutricia China aurait offert des voyages et autres cadeaux à une centaine de médecins de 14 hôpitaux de Pékin, selon le '21st Century Business Herald'. Un porte-parole de la division, interrogé par Bloomberg, a fait savoir qu'une "enquête interne" avait été immédiatement diligentée. L'accumulation de mauvaises nouvelles pour Danone en Chine risque de peser lourdement sur la performance du groupe dans la région. Le Crédit Suisse estimait hier que la division asiatique devrait contribuer négativement au second semestre au pôle nutrition infantile, et cela avant même que ces secondes révélations ne soient connues...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant