La tendance reste incertaine à Paris

le
0
L. Grassin
L. Grassin

(lerevenu.com) - Les marchés devraient continuer à naviguer à vue, en attendant que républicains et démocrates se mettent d'accord sur le budget des Etats-Unis et surtout sur le relèvement du plafond de la dette. 

Il reste désormais moins de 10 jours avant un cataclysme financier que certains annoncent pire que celui consécutif à la faillite de Lehman Brothers en 2008. A ce stade, les investisseurs, bien que prudents (Le CAC40 est quasi stable ce matin peu avant 9h30, à 4.165 points), n'envisagent pas un scénario catastrophe, ce qui permet aux indices de se maintenir à haut niveau. Plus dure sera la chute en cas d'absence d'accord! Car plus l'échéance approche, plus l'hypothèse du scénario catastrophe, parvient à s'inscrire dans les esprits...

WALL STREET

La place américaine a encore fait grise mine hier, alors que débute la seconde semaine de fermeture gouvernementale aux Etats-Unis et qu'approche par ailleurs l'échéance cruciale du relèvement du plafond de la dette. Les opérateurs ne croient toujours pas au scénario catastrophe d'un défaut, mais commencent visiblement à s'inquiéter quelque peu de la durée des débats et du bras de fer politique aux USA... Apple a résisté avec l'aide d'un conseil acheteur de Jefferies... Le DJIA régressait finalement de 0,90% à 14.936 pts, tandis que le Nasdaq cédait 0,98% à 3.770 pts.

ECO ET DEVISES

L'Indice du sentiment des affaires dans l'industrie de la Banque de France ressort à 97 en septembre, en ligne avec les attentes. Pour octobre, les chefs d'entreprise continuent de prévoir une progression de l'activité. Par ailleurs, selon l'indicateur synthétique mensuel d'activité (ISMA) de la BdF, le produit intérieur brut progresserait de 0,1% au troisième trimestre 2013 (contre une précédente estimation de 0,2%).

L'excédent commercial allemand se réduit en août à 13,1 milliards d'euros contre 16,2 MdsE un an plus tôt. Les exportations, ajustées des variations saisonnières et des effets calendaires, progressent de 1% (contre un consensus de +1,1%) alors que les importations affichent une hausse de 0,4%, précise Destatis.

On prendra connaissance, un peu plus tard, des commandes industrielles allemande d'août (12h00 : consensus +1% m/m).

Aux Etats-Unis, les chiffres de la balance commerciale d'août auraient dû être annoncés mais l'impasse budgétaire empêche leur publication.

La parité euro / dollar atteint 1,3651 ce matin. Le baril de Brent se négocie 109,44$ et le WTI 102,94$ pour l'échéance de novembre. L'once d'or se traite 1.325$ (+0,18%).

VALEURS EN HAUSSE

* Alcatel-Lucent (+1,25% à 2,92 Euros) : le groupe envisagerait de supprimer 15.000 postes dans le monde sur un total de 72.000 employés, mais prévoirait par ailleurs 5.000 nouveaux postes. C'est ce que croient savoir 'Le Figaro' et 'Les Echos'. Le groupe réduirait donc ses effectifs de 10.000 personnes, afin d'économiser 1 milliard d'euros d'ici 2015. 900 emplois français seraient concernés, soit un dixième des effectifs domestiques de l'équipementier "télécom". Les mesures frapperaient toutes les zones géographiques, avec 4.100 emplois concernés en Europe, Moyen-Orient et Afrique, ainsi que 3.800 en Asie et 2.100 dans la région Amériques. En France, les sites de Toulouse et Rennes seraient fermés, ajoutent 'Les Echos', selon lesquels le groupe présentera demain matin au comité européen d'entreprise ce vaste plan de restructurations.

* bioMérieux (+0,15% à 71,30 Euros) : la société a procédé hier à une émission obligataire de 300 millions d'euros, la première de son histoire. Les titres, d'échéance octobre 2020, portent un coupon de 2,875%. Le laboratoire précise que la demande était au rendez-vous, puisqu'elle s'est révélée être quatre fois supérieure à l'offre. Les obligations seront admises aux négociations sur le marché réglementé NYSE Euronext Paris d'ici quelques jours. L'opération va améliorer le profil de la dette de la société en allongeant sa maturité et en offrant des conditions plus avantageuses, tout en diversifiant les sources de financement. Elle contribuera également à financer l'acquisition de la société américaine BioFire, dont la finalisation devrait intervenir à la fin de cet exercice ou au début de l'année 2014.

* Foncière des Régions (+0,35% à 61,74 Euros) : la société apporte son appui à l'émission d'obligations convertibles annoncée ce matin par sa filiale italienne Beni Stabili. Celle-ci a lancé un placement de 230 millions d'euros de convertibles 2018. Le produit servira à financer le rachat des obligations 2015 à 3,875%.

* Sartorius Stedim Biotech (+0,23% à 110,30 Euros) : la filiale allemande a émis une offre d'achat en numéraire afin de procéder à l'acquisition du groupe anglais TAP Biosystems. La proposition de transaction, dont certains éléments restent à finaliser, notamment l'accord des actionnaires de TAP, valorise les fonds propres de TAP Biosystems à environ 33 millions d'euros. Cette transaction a été approuvée à l'unanimité par les membres des Conseils d'administration des deux sociétés. Elle devrait être finalisée d'ici la fin de l'année 2013. TAP Biosystems Plc est spécialisée dans la conception et le développement de systèmes de fermentation multi parallèles à petite échelle, principalement dans le domaine des applications Biopharmaceutiques.

VALEURS EN BAISSE

* GDF Suez (-1,30% à 18,97 Euros) : Citi a abaissé de "acheter" à "neutre" sa recommandation sur le dossier, qui quitte la liste des valeurs préférées du courtier au profit de National Grid.

* Sanofi (-0,25% à 74,56 Euros) : le groupe ne supprimera que 186 postes au lieu des 207 prévus en France d'ici 2015, selon un document interne que s'est procuré l'AFP. Les syndicats du laboratoire estimaient pour leur part que le véritable chiffre de suppressions est supérieur, car le solde publié est atténué par des créations de postes programmées, mais non encore avérées. Le document mentionne 349 suppressions au total, atténuées donc par des créations. Le projet de Sanofi passe par une réorganisation et une rationalisation de ses activités, dont feront notamment les frais les sites de Toulouse (plus de la moitié des postes supprimés) et Montpellier (avec un transfert de certaines activités vers Paris).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant