La tempête Patricia frappe le Mexique, évite les grandes villes

le , mis à jour à 15:20
0

(actualisé avec précisions) PUERTO VALLARTA, Mexique, 24 octobre (Reuters) - Patricia, considéré comme l'un des ouragans les plus puissants et potentiellement dévastateurs de l'histoire, a frappé vendredi la côte Pacifique du Mexique, arrachant les arbres, retournant les voitures et contraignant des milliers de personnes à fuir, mais il a faibli, jusqu'à être l'abaissé samedi au rang de tempête tropicale. Le cyclone, initialement classé dans la catégorie maximale, 5, générait des vents d'une force estimée à 265 km/h lorsqu'il a frappé une zone relativement peu peuplée entre le port de Manzanillo et la station balnéaire de Puerto Vallarta, dont quelque 15.000 touristes étrangers et mexicains ont été évacués. Mais il a peu à peu baissé d'intensité et le Centre américain des ouragans (NHC) l'a rétrogradé en catégorie 1 puis en tempête tropicale. Les autorités ne font pas pour l'instant état de victimes, notamment parce la trajectoire de la tempête a évité les zones les plus densément peuplées. Le NHC avait indiqué vendredi que Patricia était le plus puissant ouragan jamais enregistré sur la côte pacifique américaine. L'Organisation météorologique mondiale (OMM) avait souligné de son côté qu'il était comparable en intensité au typhon Haiyan, qui a fait 6.300 morts il y a deux ans aux Philippines. Patricia, qui a généré des rafales de vent atteignant 322 km/h au-dessus du Pacifique, a d'abord touché terre à Playa Perula, dans l'Etat de Jalisco, a précisé l'agence météorologique mexicaine. Elle a fait souffler des vents violents et déversé des pluies torrentielles dans une région s'étendant de Manzanillo à la station balnéaire de Puerto Vallarta, à l'ouest de Guadalajara, où des milliers de personnes ont été évacuées et ou celles qui restaient avaient trouvé refuge dans des abris. Dans la station balnéaire de Puerto Vallarta, plus au nord-ouest, l'ordre d'évacuation des hôtels situés en bord de mer a été diffusé par haut parleur et les rues étaient totalement désertes lorsque l'ouragan a atteint la région. Une partie de la petite ville a été inondée mais quelques heures après le début du coup de vent, les autorités ont dit avoir autorisé quelque 200 touristes à regagner leurs hôtels, non sans leur avoir conseillé de rester dans les abris. (David Alire Garcia; Tangi Salaün et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant