La télévision japonaise scandalise la Chine et la Corée

le
0

Les gaffes ou dérapages intentionnels de dirigeants de la NHK, la chaîne publique nippone, sur le massacre de Nankin ou les femmes de réconfort mettent Tokyo dans l'embarras.

Une fois n'est pas coutume: c'est par la NHK que le scandale est arrivé. La vénérable chaîne publique nippone, aux bulletins d'informations couleur de muraille, n'a pas l'habitude de se faire remarquer. Son audience internationale, malgré un service en 18 langues, demeure confidentielle. Mais depuis quelques jours, elle est devenue une source inattendue d'embarras diplomatique pour un Japon qui n'en demandait pas tant.

Le 26 janvier, son nouveau président Katsuto Momii a minimisé le sujet des «femmes de réconfort», ces prostituées recrutées de force en Asie pour satisfaire les besoins de l'armée impériale pendant la Seconde Guerre mondiale. «L'esclavagisme sexuel a eu lieu dans toutes les guerres. Peut-on dire que ça n'existait pas en Allemagne ou en France?», s'est-il benoîtement i...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant