La télévision devient multi-écran, sauf pour les directs

le
0
La télévision devient multi-écran, sauf pour les directs
La télévision devient multi-écran, sauf pour les directs

A l'étranger comme en France, le public plébiscite de plus en plus les nouveaux écrans (ordinateurs, tablettes et smartphones), mais le téléviseur reste l'écran privilégié pour les direct, selon un bilan d'Eurodata TV Worldwide."Alors que la consommation de programmes sur tous les écrans se développe, le téléviseur reste l'écran privilégié lors de la diffusion d'évènements en direct", soulignent les responsables du département international de l'institut Médiamétrie, dans leur bilan 2013-2014 sur les tendances internationales de la télévision."Le public du monde entier souhaite que ses programmes préférés soient disponibles à tout moment et sur tous les écrans", ajoutent-ils cependant.La télévision en replay ("catch up TV"), que ce soit sur téléviseurs, ordinateurs ou tablettes, entre dans les habitudes.Les nouveaux écrans sont de plus en plus plébiscités. Au Pays-Bas, un quart (24%) des "contenus vidéos" sont ainsi visionnés sur ordinateurs (fixes et portables confondus), tablettes ou smartphones."Les offres de télévision permettent désormais de maîtriser notre temps. Elle nous proposent un choix de contenus qui nous correspond, au moment où nous le souhaitons", indique Alexandre Callay, directeur d'Eurodata TV Worldwide."En France, une personne sur deux âgée de 15 ans et plus déclare avoir regardé la télévision en +catch-up+ au cours des douze derniers mois", citent les responsables d'Eurodata TV Worldwide en exemple.Ce mode de visionnage, permettant de voir un programme peu de temps après sa première diffusion, généralement pendant une période de quelques jours, est particulièrement apprécié des jeunes.Pour autant, l'apport de la télévision en différé - à distinguer du replay - accessible grâce aux nouvelles fonctionnalités des box, qui permettent d'enregistrer les programmes mais aussi de les mettre sur pause, n'est pas notable dans tous les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant