La téléréalité nuit aux résultats scolaires

le
0
La téléréalité nuit aux résultats scolaires
La téléréalité nuit aux résultats scolaires

Sans blague ? Pour avoir la moyenne et plus en 3e, mieux vaut être un lecteur assidu qu'un spectateur accro aux émissions de téléréalité. C'est confirmé par une étude commentée par deux de ses auteurs sur le site internet des Cahiers pédagogiques. Celle-ci a été réalisée par des chercheurs qui se sont appuyés sur des statistiques du ministère de l'Education.

«C'est le visionnage très fréquent des programmes de téléréalité (et également des séries romantiques) qui a l'impact le plus négatif sur les performances cognitives et scolaires, de -11 % pour les maths à -16 % pour les connaissances», indique l'article de Alain Lieury, professeur émérite de psychologie cognitive à l'université Rennes II et de Sonia Lorant, du laboratoire interuniversitaire des sciences de l'éducation et de la communication.

Mieux vaut lire ou s'adonner aux jeux vidéo

La lecture se révèle, elle, bénéfique grâce à un vocabulaire plus riche. Même celui des bandes dessinées, avec 867 mots différents, est plus riche que celui des émissions populaires pour adultes en première partie de soirée, avec 598 mots, précisent-ils. Ainsi «un élève moyen qui lit beaucoup aurait une note de 14 sur 20» là où «un élève qui est accro à la téléréalité aurait 8,4 sur 20».

«Dans l'ensemble, la majorité des loisirs comme les jeux vidéo, n'a pas ou peu d'influences sur les performances scolaires et cognitives, ce sont des loisirs qui permettent la détente, ou l'expression des dimensions affectives et sociales des élèves», ajoutent-ils.

Les loisirs préférés des jeunes

Cette enquête s'est penchée en 2011 sur l'impact des loisirs de 27 000 collégiens de 3e sur leurs performances scolaires. En tête de leurs activités de loisirs préférées, «tous les jours ou presque», dix activités numériques comme écouter des musiques actuelles type rock, hip-hop (79%), téléphoner ou envoyer des SMS (78%), communiquer par internet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant