La taxe sur le diesel suscite un nouveau couac

le
8
LES VERTS SE PRONONCENT CONTRE LE PROJET DE BUDGET 2014
LES VERTS SE PRONONCENT CONTRE LE PROJET DE BUDGET 2014

PARIS (Reuters) - Le projet de loi de finances pour 2014 que les députés examineront en séance publique à partir du 15 octobre a provoqué mercredi de nouvelles tensions entre le gouvernement et ses alliés écologistes.

Plusieurs dirigeants d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ont assuré qu'ils ne voteraient pas le budget en l'état, alors que ceux du Front de gauche jugent parallèlement "peu vraisemblable" de le voter dans son intégralité.

Un imbroglio gouvernemental autour de la taxe diesel a déclenché la colère des écologistes.

Le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, a en effet laissé entendre lors d'une conférence de presse que le diesel conserverait son avantage fiscal sur l'essence, avant de démentir cette interprétation.

"J'ai dit au contraire que, concernant la fiscalité diesel, je n'avais pas d'informations à donner à ce sujet", a-t-il dit au Monde.fr.

"S'il n'y a pas un effort vers la transition énergétique et la fiscalité verte, qui est un outil très important pour la transition énergétique, la lutte contre l'effet de serre et la création d'emplois, nous ne voterons pas ce budget en l'état", avait auparavant réagi le député EELV Noël Mamère à Reuters.

Les grandes lignes du PLF 2014 ont été présentées mercredi en conseil des ministres. Le projet de loi lui même sera présenté le 25 septembre.

"Ce budget, pour l'instant, ne peut pas nous satisfaire puisque le Premier ministre est en train de renoncer à la taxation sur le diesel", a ajouté le député-maire de Bègles (Gironde).

"On est très loin de la transition énergétique annoncée par le Premier ministre et par le président de la République, d'autant que ce renoncement s'inscrit derrière un autre renoncement : la taxation sur les poids lourds qui date de 2008 et qui a encore été retardée", a-t-il poursuivi.

Le député européen EELV Yannick Jadot, a souligné que le budget était "un élément structurant de coalition parlementaire et gouvernementale".

PARTICIPATION AU GOUVERNEMENT EN JEU

"Si nous étions amenés à ne pas accepter ce budget, ça poserait un certain nombre de questions sur notre participation au gouvernement", a-t-il dit sur France Info.

Dans la matinée, le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, avait confirmé l'introduction d'une taxe carbone dans la loi de finances 2014, tout en laissant entendre que l'avantage fiscal dont bénéficie le diesel ne serait pas touché.

"Il n'y a pas, à ma connaissance, de disposition qui concerne de manière spécifique ce qu'on peut appeler la convergence fiscale du diesel et de l'essence?", a-t-il dit, avant d'affirmer avoir été mal compris.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a expliqué sur BFM-TV que les grandes orientations du budget présentées mercredi n'étaient pas rentrées dans le détail, affirmant que la polémique était déjà close.

Mais Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement, a lui aussi affirmé le même jour que l'augmentation de la taxe diesel était abandonnée.

"Il y aura une nouvelle contribution climat-énergie dont le dispositif n'est pas aujourd'hui arrêté", a-t-il dit à l'émission Questions d'info sur LCP.

"La seule chose que je peux dire, puisque c'est dans ce cadre là qu'elle avait été envisagée, qu'une taxe sur le gazole, dans la mesure ou elle est très pénalisante pour un certain nombre de ménages, est à ce jour abandonnée", a ajouté Alain Vidalies.

Autre sujet de mécontentement pour les écologistes, Philippe Martin a annoncé que la présentation au Parlement de la loi de programmation sur la transition énergétique en France, initialement prévue à l'automne 2013, serait repoussée au printemps 2014, potentiellement après les élections municipales.

En juillet, les partenaires d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de la majorité socialiste s'étaient montrés très critiques envers l'exécutif malgré la présence de deux des leurs au gouvernement.

Après l'éviction du ministère de l'Ecologie de la socialiste Delphine Batho, pour avoir critiqué le "mauvais budget" de son ministère, les leaders des Verts avaient prévenu qu'ils jugeraient le gouvernement à l'aune du projet de budget 2014.

Le gouvernement fait face parallèlement aux réticences du groupe Front de gauche de l'Assemblée nationale.

"Nous nous attendons, sur ce budget, à une discussion particulièrement difficile", a déclaré à Reuters son président, le communiste André Chassaigne.

"Au regard de ce qu'on nous a annoncé, ça me paraît peu vraisemblable qu'on vote le budget dans sa globalité. Ce qui ne nous empêchera pas de voter certains budgets (de certains ministères-NDLR) si on considère que ça va dans le bon sens".

Emile Picy, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 72805271 le mercredi 11 sept 2013 à 21:51

    S'ils étaient réellement honnêtes, ils ne votent pas et ils démissionnent

  • nebraska le mercredi 11 sept 2013 à 21:33

    Ne peut-on renvoyer le JVP en Corée ??? Il serait bien à coté de son copain KIM jong etc etc. Ils ont le meme embonpoint en tout cas. Comme quoi la politique ne leur coupe pas l'appétit !

  • nebraska le mercredi 11 sept 2013 à 21:32

    "Plusieurs dirigeants d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ont assuré qu'ils ne voteraient pas le budget en l'état" ILS SONT COMBIEN AU FAIT ????

  • RVM21 le mercredi 11 sept 2013 à 20:33

    tu penses que la duflot démissionnerait, faut pas rêver

  • fgino le mercredi 11 sept 2013 à 19:16

    ya ka mettre le super au prix du gasoil et tout le monde sera content

  • yves288 le mercredi 11 sept 2013 à 18:19

    mamère ferait mieux de renseiger l'effet de serre anthropique est beaucoup plus faible que dans les modèles du GIEC et la tête des verts et ne menace pas la planète

  • M3182284 le mercredi 11 sept 2013 à 18:14

    JV Placé= citron vert

  • M3182284 le mercredi 11 sept 2013 à 18:14

    si duflot est virée j'allume un cierge

Partenaires Taux