La taxe d'habitation sera bien alourdie pour certaines résidences secondaires

le
7
La taxe d'habitation sera bien alourdie pour certaines résidences secondaires
La taxe d'habitation sera bien alourdie pour certaines résidences secondaires

Malgré la promesse faite pas François Hollande de ne plus augmenter les impôts, le gouvernement veut bel et bien mettre un peu plus à contribution certains propriétaires de résidences secondaires. Comme annoncé il y a une semaine, le projet de loi de finances rectificative pour 2014 présenté ce mercredi en Conseil des ministres, introduit une hausse de 20% de la taxe d'habitation dans une trentaine de zones tendues, telles que Paris, Marseille ou Saint-Nazaire mais uniquement sur les logements meublés qui ne sont pas une résidence principale.

La mesure n'est pas obligatoire et ne devrait rien rapporter à l'Etat. Cette majoration est proposée «pour les collectivités qui le souhaitent» et son produit, estimé à 150 millions d'euros, sera versé au budget des communes, indique le ministère des Finances.

L'objectif est de débloquer le marché immobilier, là où la pénurie de logements est la plus forte .Un dégrèvement est prévu pour les personnes contraintes de disposer d'un deuxième logement proche de l'endroit où elles exercent leur activité professionnelle de même que pour «les personnes de condition modeste qui s'installent durablement dans une maison de retraite ou un établissement de soins de longue durée», précise le ministère.

«Dans les grandes villes là où le prix de l'immobilier a flambé, que constate-ton ? C'est qu'il y a trop de logements sous-utilisés voire inoccupés alors même qu'on n'arrive plus à se loger à des prix décents», a expliqué Michel Sapin, ministre des Finances, devant la Commission des finances de l'Assemblée nationale. Il a ajouté qu'il pensait à Paris, «qui compte autant de résidences secondaires pas ou peu utilisées que de demandeurs de logements sociaux.»

Rappelons que les maisons de week-end et de vacances sont déjà soumises à une surfiscalité. Les frais de gestion perçus par l'Etat, de 4,4% pour une résidence principale, s'élèvent déjà à 8% du montant des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faeric le vendredi 14 nov 2014 à 07:18

    Les rendre inhabitable , comme cela plus de taxe de 20% et plus de taxe d'habitation du tout !

  • M547654 le mercredi 12 nov 2014 à 21:03

    lisez bien "certaines résidences secondaires". Ca veut dire pas les résidences secondaires du gouvernement

  • lhonderm le mercredi 12 nov 2014 à 17:17

    lol... "débloquer le marché" en creuse ou dans la manche, ou même à 10K€ les maisons ne se vendent pas.... Et ils croient que ça va améliorer la situation de rendre encore plus incertain les achats immobiliers !

  • faites_c le mercredi 12 nov 2014 à 16:02

    Entre 20% de taxes d'habitation en plus et 5 ans de loyers impayés (sans compter les dégradations au bien si et quand on arrive à le récupérer), le choix d'un propriétaire est vite fait! Cette augmentation de taxes ne conduira à rien d'autre qu'un effondrement supplémentaire du marché immobilier qui est déjà au plus bas de quasi 20 ans grâce à Mme Duflot!

  • fignar le mercredi 12 nov 2014 à 14:51

    "pas de hausse d’impôts" avait promis normal 1er...

  • moinesol le mercredi 12 nov 2014 à 14:25

    Pas légal ? Parce que la taxe d'habitation est égale partout pas que je sache

  • jcrte le mercredi 12 nov 2014 à 14:00

    Pas légal, car ,pas d'égalité devant l'impôt. Alors ce ne sera pas 30 agglomérations mais il seront contraint de l'étendre à la France entière