La taxe à 75% votée par l'Assemblée nationale

le
6
Sa première version avait été retoquée par le Conseil constitutionnel. Les clubs de foot français continuent de se mobiliser contre son application.

Contestée, décriée, malmenée... mais votée. La taxe à 75% a eu l'aval de l'Assemblée nationale ce vendredi. Cette «contribution exceptionnelle de solidarité» ne concernera que la part des revenus supérieure à 1 million d'euros et ne s'appliquera qu'aux revenus versés en 2013 et 2014. Mesure emblématique, elle avait annulée par le Conseil constitutionnel dans sa première version, jugée confiscatoire.

Elle devrait concerner environ 470 entreprises et environ un millier de dirigeants ou salariés à hauts revenus. Plus restrictive que dans sa première mouture, elle devrait pourtant rapporter davantage: environ 500 millions d'euros en année pleine.

Cette mesure symbolique du quinquennat de François Hollande doit pourtant faire face à un déluge de critiques, à gauche comme à droite. Jean-Luc Mélenchon la juge «absurde», Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef, la prédit «inefficace». Pierre Gattaz, président du syndicat patronal, a même expressément demandé sa suppresion.

Le foot français en colère

Grève ou pas grève, telle est la question. Alors que la taxe à 75% vient d'être votée par l'Assemblée nationale, les clubs de football sont en ébullition. Depuis plusieurs semaines, ils grondent contre cette mesure qu'ils jugent dangereuse pour leur équilibre financier. Cette taxe s'appliquera sur la tranche de leurs revenus supérieurs à 1 million d'euros, dans la limite de 5% de leur chiffre d'affaires. Pour protester, ils envisagent de boycotter certaines rencontres de championnat, au risque que cela leur coûte très cher.

Les clubs avaient encore un infime espoir que la taxe ne leur soit pas appliquée, entretenu par la communication cacophonique du gouvernement sur cette question. Alors que dans un premier temps Pierre Moscovici avait affirmé que la mesure ne les concernerait pas, Christian Eckert, rapporteur général du Budget à l'Assemblée nationale, avait rappelé que «l'égalité devant l'impôt» était «un principe constitutionnel». Finalement, Valérie Fourneyron avait douché leurs espérances dans une interview accordée au Figaro.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.chamb le lundi 21 oct 2013 à 12:33

    Il est délirant de vouloir diriger un pays en ne prenant que des mesures "symboliques" : Hollande aurait du rentrer en religion plutôt qu'en politique ! donc un mal orienté dès la 3éme de collége.

  • tadahiro le lundi 21 oct 2013 à 11:54

    On est le seul pays au monde qui fait fuir les riches pour mieux attirer les pauvres du monde entier.

  • alc2855 le lundi 21 oct 2013 à 10:05

    Super. A l'année prochaine pour les 85% ! Les kosovars affluent et un kasovar voleur, limite pédophile ben ça mange et ça veut des dents neuves.....

  • kwatao le samedi 19 oct 2013 à 17:13

    et pendant ce temps cette raclure de melenchon continue de palper ses 15000 euros par mois et a voyager en business classe

  • NYORKER le samedi 19 oct 2013 à 12:52

    Nous sommes dans un pays communiste , et ça pas depuis Hollande , on nivelle par le bas.

  • gl060670 le samedi 19 oct 2013 à 09:51

    Cette taxe est une honte pour le travail, j'ai bien dit travail!! pas de faire joujou avec un ballon