La taupe de Wikileaks risque 154 ans de prison

le
0
La taupe de Wikileaks risque 154 ans de prison
La taupe de Wikileaks risque 154 ans de prison

Le verdict à l'encontre de Bradley Manning, le soldat américain de 25 ans qui a fourni des centaines de milliers de documents confidentiels au site WikiLeaks, la plus importante fuite de l'histoire américaine, sera rendu ce mardi vers 19 heures. S'il est reconnu coupable, il encourt un total de 154 ans de prison. C'est la peine requise, jeudi soir, par le procureur militaire de Fort Meade, le major Ashden Fein, lors du procès en Cour martiale.

Analyste du renseignement en Irak, ce jeune militaire a téléchargé à partir de novembre 2009 depuis des ordinateurs militaires quelque 250 000 câbles diplomatiques américains, des dizaines de milliers de rapports militaires sur les guerres en Irak et en Afghanistan, des documents relatifs aux détenus de la prison américaine de Guantanamo ainsi qu'une vidéo montrant un hélicoptère d'attaque américain tirant sur des civils en Irak. Tous ces documents ont été mis en ligne par Wikileaks.

Un être «égoïste et téméraire»

Au cours de l'audience, le procureur militaire a estimé que Bradley Manning était un être «égoïste et téméraire» et qu'il avait « livré ces documents clés-en-main pour être utilisés par l'ennemi » alors qu'il «avait prêté serment de préserver les informations sensibles en possession du gouvernement». Avant d'ajouter : «Le drapeau ne voulait rien dire pour lui». Pour l'accusation, Bradley Manning savait que les « terroristes » utilisaient Internet pour rassembler des informations susceptibles de les aider à préparer des attentats. Il savait également que WikiLeaks avait été dépeinte dans trois rapports de renseignement militaire comme une menace potentielle pour la sécurité nationale.

Pour sa défense, l'avocat David Coombs l'a présenté comme un jeune homme pris dans un «combat intérieur et privé» sur son identité sexuelle, un «humaniste, naïf et bien intentionné», arrivé « enthousiaste » en Irak et qui, face à la conduite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant