La taille de Deutsche Bank au centre du bras de fer avec les Etats-Unis

le
4
Le siège de la Deutsche Bank. (© D. Roland / AFP)
Le siège de la Deutsche Bank. (© D. Roland / AFP)

La première banque allemande, accusée d'avoir vendu en toute connaissance de cause, entre 2006 et 2008, des crédits immobiliers toxiques convertis en produits financiers (RMBS), a assuré qu'elle «n'a pas l'intention» de payer ce montant ou une somme avoisinante.

Très inhabituelle, cette prise de position publique vise, indique une source proche du dossier, à être le plus transparent possible au moment où la banque montre d'inquiétants signes de faiblesse.

Sa capitalisation boursière a fondu de 50% pour tomber sous les 17 milliards de dollars, un niveau quasi identique à celui de Twitter, et une grosse amende risquerait de ramener le niveau de ses fonds propres règlementaires sous le seuil psychologique de 10%, affirme Stephen Ellis chez MorningStar.

Points forts

«Ces faiblesses de Deutsche Bank peuvent finalement se révéler des points forts dans les négociations», avec le département de la Justice (DoJ), fait remarquer l'avocat new-yorkais James Kousouros, familier des négociations avec les régulateurs.

L'amende finale dont va écoper Deutsche Bank va, de fait, dépendre de la solidité financière de la banque, indique une source proche du dossier.

Les autorités américaines pourraient ainsi freiner leurs ardeurs par peur de plonger dans une grave crise une banque que le FMI estime être la plus susceptible au monde de causer des dommages, par effet domino, en cas de

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7034327 il y a 2 mois

    Il manque une partie de l'article... A combien s'élève le montant de l'amende? Si DeutscheBank est sanctionnée aux USA, il va falloir sanctionner les banques US en Europe... Citibank, BoA etc... je dis çà, je dis rien. :D

  • yeye84 il y a 2 mois

    Nous avons eu too big to fail...too big to be sentenced !!!

  • vmcfb il y a 2 mois

    D'un coté, des expositions aux produits dérivés de 20 milliards, de l'autre, des risques juridiques d'un même montant.. chacun se fera son avis, et le mien est bien tranché: la sphère publique n'a pas pour mission de déséquilibrer l'économie. En Allemagne, ce n'est pas comme en France: il est très acceptable de ne pas être d'accord avec les officiels, et de se battre à l'encontre de mauvaises décisions..

  • PP4512 il y a 2 mois

    la realité est que lorsqu'il s'agit de la France ,bien que les US la qualifie comme allié privilegié ,ils s'en foutent ! avec l'allemagne c'est plus compliqué car ils ne voudraient pas qu'à force les allemands se disent qu'ils seront mieux protégés en entrant vraiment en Europe qu'en comptant sur les US . Trump ne dit il pas que l'allemagne devra payer pour la protection nucleaire des USA ?