La Syrie priée d'en dire plus sur son arsenal chimique

le
0

LA HAYE, 2 décembre (Reuters) - Les autorités syriennes doivent fournir des explications concernant leur arsenal chimique et autoriser l'inspection de leurs installations pour convaincre la communauté internationale que les armes en question ont bien été détruites, a déclaré mardi la haute représentante de l'Onu pour le désarmement. Angela Kane s'exprimait à l'occasion d'une conférence de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), à La Haye. Dans le cadre d'un accord qui permis d'éviter des représailles militaires étrangères, la Syrie a accepté de procéder au démantèlement de son arsenal chimique après le bombardement au gaz sarin du 21 août 2013 à la Ghouta, dans la banlieue est de la capitale. Damas a déclaré l'existence de 1.300 tonnes d'agents précurseurs et de plusieurs dizaines de sites de stockage ou de production mais n'a pas fourni de documents sur ses projets en matière d'armement non-conventionnel. Dans le cadre d'une opération menée par une douzaine de pays, les substances déclarées ont été tranférées hors de Syrie et détruites à 98%, pour l'essentiel à bord du Cape Ray, un bâtiment de l'US Navy. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne - entre autres - soupçonnent toutefois les autorités syriennes de dissimulation. "C'est à la Syrie de faire preuve de transparence et de fournir des documents et un accès aux sites ou aux personnes", a estimé Angela Kane, interrogée par Reuters. Pour Geoffrey Adams, qui représente la Grande-Bretagne à l'OIAC, la Syrie doit profiter de la prochaine visite à Damas des inspecteurs de l'organisation "pour fournir des preuves et des documents crédibles" témoignant de la destruction totale de son arsenal chimique. Dans un rapport d'étape, une commission chargée d'enquêter spécifiquement sur des bombardements au chlore parle d'un recours "systématique" à cette substance prohibée par le droit international. (Anthony Deutsch, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant