La Syrie fait obstacle au passage de l'aide humanitaire-Onu

le
0

NATIONS UNIES, 27 mars (Reuters) - Le gouvernement syrien n'a autorisé les Nations unies à n'acheminer l'aide que vers trois des 33 sites demandés cette années, a déclaré jeudi Valerie Amos, secrétaire générale adjointe pour les Affaires humanitaires de l'Onu, demandant au Conseil de sécurité de prendre des "mesures concrètes". En outre, l'armée syrienne a prélevé du matériel chirurgical sur deux convois qui avaient obtenu un accès, a ajouté Valérie Amos. Les équipements médicaux qui sont arrivés à destination ne sont que pour 58.000 personnes sur les 4,8 millions de personnes se trouvant dans des zones difficiles d'accès. "Je demande au Conseil de dire clairement au gouvernement syrien que ces convois doivent être autorisés à continuer et que ses forces de sécurité autorisent le libre passage de toutes les fournitures aux personnes dans le besoin", a déclaré Valerie Amos en demandant aux membres du Conseil d'examiner "les mesures concrètes qu'ils aimeraient prendre". Le nombre de personnes dans les zones assiégées a plus que doublé pour atteindre 440.000. Sur ce total, plus de 40% sont assiégés par les forces du gouvernement syrien. "Le temps presse, il va y avoir encore plus de morts", a déclaré Valerie Amos. Selon les chiffres contenus dans un rapport de l'Onu publié lundi, plus de 220.000 personnes ont été tuées en Syrie en quatre ans de guerre civile, quatre millions de Syriens ont fui le pays et 7,6 millions ont été déplacés. Les Nations unies chiffrent à 8,4 milliards de dollars (7,7 milliards d'euros) la somme nécessaire pour couvrir les besoins humanitaires de la Syrie en 2015. Une conférence des donateurs doit se tenir au Koweït le 31 mars. L'espérance de vie en Syrie a diminué de 20 ans par rapport à ce qu'elle était au début du conflit, a indiqué Valerie Amos. Près des deux tiers des 22 millions de Syriens vivent désormais dans l'extrême pauvreté. "L'incapacité du Conseil, et des pays ayant une influence sur les différentes parties en guerre en Syrie, à se mettre d'accord sur les éléments d'une solution politique (...) signifie que les conséquences humanitaires continueront à être terribles pour des millions de personnes", a déclaré Valerie Amos. (Michelle Nichols; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant