La survie de BlackBerry plus incertaine que jamais

le
0
La survie de BlackBerry plus incertaine que jamais
La survie de BlackBerry plus incertaine que jamais

Mise en vente, perte de près d'un milliard de dollars et licenciement de quatre salariés sur dix: le groupe BlackBerry cherche à se sauver mais la menace de sa disparition plane.L'avenir de l'entreprise canadienne est d'autant plus incertain qu'elle a confirmé vendredi les résultats désastreux pour son deuxième trimestre et que certains doutent des chances de concrétisation de son rachat annoncé en début de semaine.L'ancienne icône de la technologie des télécoms, qui a essuyé une perte de 965 millions de dollars au deuxième trimestre de son exercice, a prévu le licenciement de 4.500 personnes.Alors que sa situation semblait plus désespérée que jamais, BlackBerry a surpris les marchés lundi en signant une "lettre d'intention" en vue de son rachat par un consortium mené par le fonds privé d'investissements canadien Fairfax Financial le valorisant à 4,7 milliards de dollars.Fairfax, principal actionnaire de BlackBerry avec 10% des actions, envisage de retirer BlackBerry de la Bourse pour permettre à l'entreprise de se réorganiser sereinement à l'abri de la pression des marchés.La proposition à 9 dollars l'action, qui court jusqu'au 4 novembre, a été accueillie fraîchement car cette offre est conditionnelle à l'obtention du financement pour le rachat, sans aucune obligation pour Fairfax de faire une offre en bonne et due forme.En bourse, l'action s'est repliée toute la semaine, signe que le marché doute de la concrétisation de ce rachat. L'action BlackBerry ne cotait qu'un peu plus de 8 dollars vendredi sur la Bourse électronique du Nasdaq."Compte tenu du fait que Fairfax tente de réunir un consortium, les chances d'une surenchère sont minces, d'autant que les termes sont favorables à Fairfax dans sa lettre d'intention", indiquait jeudi l'analyste Colin Gillis de la firme BGC. Ce dernier craint une détérioration accrue de la situation financière de BlackBerry pendant les six semaines restant avant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant