La surperformance des valeurs moyennes peut-elle durer ?

le
1
Parmi les valeurs moyennes stars : Sartorius Stedim. Le cours a plus que doublé (+119%) en 2015, affichant la plus forte hausse de l'indice SBF 120. (© Sartorius Stedim)
Parmi les valeurs moyennes stars : Sartorius Stedim. Le cours a plus que doublé (+119%) en 2015, affichant la plus forte hausse de l'indice SBF 120. (© Sartorius Stedim)

En 2015, la valeur liquidative de la part d'Allianz Europe Europe Small Cap Equity a progressé de 32,2% (net de frais de gestion, dividendes réinvestis). C'est 9 points de plus que l’indice de référence (MSCI Europe small cap total return) de ce fonds investi dans des actions européennes de petites et moyennes capitalisations. Peu de titres du portefeuille affichent toutefois une valeur boursière de moins de 1 milliard d’euros, comme l’a précisé son gérant chez Allianz Global Investors, Frank Hansen, de passage à Paris, cette semaine.

En tête des dix principales positions du portefeuille, Sartorius Stedim Biotech, qui représente 3,05% de la valeur totale de ses actifs. Le cours du titre de l’équipementier des laboratoires de biopharmacie a plus que doublé (+119%) en 2015, affichant ainsi la plus forte hausse  de l’indice SBF 120. La santé fait d’ailleurs partie des trois secteurs privilégiés d’investissement du gérant d'Allianz, avec la technologie et les biens de consommation. Korian, l’exploitant français de maisons de retraite médicalisées fait partie du portefeuille du fonds.

«Un potentiel de performance supérieur aux grandes capitalisations»

Frank Hansen se dit convaincu que «les petites capitalisations offrent un potentiel de performance supérieur aux grandes capitalisations». Depuis 2003, cette surperformance a atteint 7 points de pourcentage par an : «Cela correspond à une performance absolue et annualisée de 9,6% l’an, sur

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pallach le jeudi 28 jan 2016 à 09:08

    De moins en moins de différence entre publicité et reportages. D'ailleurs, les journalistes sont aussi en voie d'uberisation et seront remplacés par des robots.