La suprématie des ETF en matière de coûts et de performance est remise en cause

le
0
(NEWSManagers.com) -
Les ETF passent pour être bon marché et pour afficher une performance voisine de celle de leur indice de référence. Cependant Patrick Howeling, senior quantitative researcher chez Robeco montre sur la base d'une comparaison avec un échantillon d'ETF " pertinents" des segments haut rendement (3 fonds) et obligations d'entreprises investment grade (20 fonds) que ces produits affichent par solde des caractéristiques très proches de celles de fonds actifs en matière de performances, d'écarts de suivi et de structure de coûts. L'étude a porté sur la période mars 2007 à mars 2010.
A titre d'exemple, le taux de frais sur encours (TFE ou TER en anglais) des ETF high yield s'est situé à 40-50 points de base, tandis que Robeco facture 57 points de base aux institutionnels et 116 points de base aux particuliers pour son fonds High Yield Bonds. Dans le segment investment grade, le TFE des ETF se situait entre 15 et 20 points de base, alors que d'après Monrningstar les fonds actifs facturent en moyenne 49 points de base aux institutionnels et 117 points de base aux particuliers.
Patrick Houweling souligne que le coût supérieur de la gestion actif doit être compensé par une performance supérieure. Dans le cas du Robeco High Yield Bonds, la surperformance annuelle nette a été de 100 points de base pour les particuliers durant la période sous revue alors que les ETF High Yield accusaient une sous-performance annuelle net a été comprise entre 250 et 600 points de base.
De même, l'écart de suivi des ETF haut rendement s'est échelonné entre 7,3 % et 12 % alors que le Robeco High Yield Bonds affichait un écart de seulement 6,3 %. Dans le segment investment grade, l'écart de suivi pour les ETF lancés avant 2009 se situe à 2,33 %.
Trois facteurs peuvent expliquer la sous-performance des ETF. D'une part, les commissions et les frais qui constituent le TFE, mais ce ne peut être la seule explication, puisque la sous-performance est supérieure au TFE. D'autre part, la repondération des indices de référence, qui occasionne des coûts. De plus, les ETF qui ont des benchmarks composites affichent des écarts de suivi plus importants et sous-performent davantage. Sans compter que les ETF dont le benchmark affiche des composantes volatiles sont plus difficiles à répliquer, en partie à cause de coûts de transactions plus élevés.
Enfin, relève Robeco, comme les obligations d'entreprises et le high yield sont des classes d'actifs plutôt illiquides, il peut s'avérer difficile pour les ETF de vendre ou d'acheter à des prix convenables dans un délai raisonnable, ce qui peut nuire à la performance.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant