La sulfureuse histoire des supporters de Chelsea

le
0
La sulfureuse histoire des supporters de Chelsea
La sulfureuse histoire des supporters de Chelsea

Après un match aller ayant plus fait parler pour ce qu'il s'est passé dans le métro que sur le terrain, le Paris Saint-Germain devra obtenir sa qualification sur la pelouse de Stamford Bridge. Si, en Angleterre, les rivaux des Blues se complaisent à chanter que le club du Sud-Ouest de Londres n'a pas d'histoire, ce n'est pas le cas de leurs supporters qui eux en ont bien une, et en particulier d'une frange réputée pour son extrémisme. Focus à tête reposée.

Fin des années 60. Après les Teddy Boys dans les années 50, puis les Mods et les Rockers qui allaient jusqu'à en découdre sur les plages de Brighton lors de festivals, les Skinheads font leur apparition. Si les premières subcultures citées sont restées hors des stades, la dernière en prend bel et bien le chemin. Chelsea ne fait pas exception à la règle et les Chelsea Shed Boys vont régulièrement à Stamford Bridge encourager les Blues. " Penser que tous sont des racistes primaires serait complètement erroné, même si certains le sont ", éclaire Garry Bushell, spécialiste de la culture undergound britannique et ancien manager des Cockney Rejects. Le racisme viendra au sein d'une mouvance de fans des Blues, mais patience. Ces skinheads apprécient particulièrement la boisson, les musiques ska et reggae et comptent même parmi eux des skinheads noirs, comme Trevor Fairweather, pour qui " le football et la musique se marient parfaitement ensemble. Les skinheads ont un look agressif et il y a un instinct tribal qui ressort en allant au football ". La violence fait également partie intégrante de la culture skinhead à une époque où le but du jeu est d'aller s'emparer par la force de la Home End adverse et ainsi asseoir sa domination. Il n'y a alors que peu ou prou de sécurité autour et dans les stades. Et la violence y est monnaie courante.
Radicalisation des tribunes à la fin des années 70
Aussi fou que cela puisse paraître aujourd'hui, il est fréquent dans les années 60 de chanter à la gloire des Rangers ou du Celtic à la mi-temps des matchs en Angleterre. Chelsea, de par le nombre disproportionné d'ex-membres de l'armée britannique fréquentant les tribunes de Stamford Bridge, et par conséquent de leur allégeance à la couronne ainsi qu'au royaume, se distingue clairement du côté des Rangers. Quiconque connaît un peu le monde des supporters sait à quel point les supporters des deux clubs sont proches, ce qui était déjà le cas à cette époque. Ces liens vont se souder au point de devenir indéfectibles durant les années 70. D'abord sportivement, car si des fans des Rangers sont du voyage à Athènes en 1971 pour assister à la victoire de Chelsea en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes, les fans anglais rendent la pareille aux Écossais la saison suivante, à Barcelone, où les Rangers sont couronnés dans la même compétition. Les Écossais prêtent...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant