La Suisse tient son temple photovoltaïque

le
0
Quinze mille panneaux photovoltaïques recouvrent désormais les toits du Palexpo de Genève (Suisse).
Quinze mille panneaux photovoltaïques recouvrent désormais les toits du Palexpo de Genève (Suisse).
La plus grande installation du pays a été inaugurée hier.

C'est un peu comme si le Parc des Expositions de la Porte de Versailles (XVe arrondissement de Paris) se retrouvait entièrement « solarisé ». Un jour peut-être, il suivra l'exemple du Palexpo de Genève (Suisse), lequel accueille notamment un salon international de l'automobile plus grand encore que celui qui vient de s'achever et est officiellement devenu hier la plus grande centrale photovoltaïque de la Confédération helvétique.

Celle-ci s'ouvre de plus en plus à l'énergie durable, et pour cause : à la suite de l'accident de Fukushima, dans le sillage du voisin allemand, les pouvoirs publics ont annoncé le démantèlement de l'ensemble des installations atomiques du pays à l'horizon 2034. De quoi envisager un bel avenir pour les technologies « propres », l'énergie solaire et le photovoltaïque en particulier, même si la construction de centrales à charbon émettrices de gaz à effet de serre sera difficile à éviter...

Quelque 15 000 panneaux photovoltaïques surplombent désormais les toits de Palexpo. Recouvrant une surface de 45 000 mètres carrés, délivrant une puissance unitaire de 4,2 mégawatts (MW), ils couvriront les besoins énergétique de 1 350 foyers.



Une « étape modeste » dans le développement du photovoltaïque en Suisse

« Pour installer ces panneaux d'un poids de 33 kg au mètre carré, les toits du centre d'exposition genevois ont été renforcés », la structure n'ayant pas été conçue pour supporter une charge supplémentaire de 650 tonnes. « L'électricité produite sur le toit de Palexpo sera par ailleurs injectée dans le réseau et proposée par les Services industriels genevois (SIG) (NDLR : co-initiateur du projet avec la direction de Palexpo) à ses clients », complètent nos confrères de Radio Télévision Suisse (RTS).

Entamés au printemps 2011, les travaux ont coûté 15 millions de francs suisses (environ 12,4 millions d'euros). Les SIG ont néanmoins réussi à « limiter la casse » puisque le prix du kilowattheure (KWh) ne devrait pas dépasser les 33 centimes (27 centimes d'euros) pour les ménages désireux de s'engager dans la promotion des énergies renouvelables. Cité par la RTS, le président de leur conseil d'administration Alain Peyrot considère leur développement national inéluctable et juge l'inauguration des installations photovoltaïques comme une « étape modeste ».

Les exploits répétés du Solar Impulse et la saga du Turanor PlanetSolar constituent quoi qu'il en soit une formidable publicité pour le photovoltaïque.
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant