La Suisse n'est plus un paradis fiscal

le
0
La Suisse répondra positivement à toutes les demandes d'entraide fiscale.
La Suisse répondra positivement à toutes les demandes d'entraide fiscale.

Les auteurs de romans policiers ou de films d'espionnage vont devoir modifier leurs scénarios. Genève, Zurich ou Lugano ne sont plus des bonnes adresses pour planquer de l'argent malhonnêtement gagné. Le Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements à des fins fiscales, le bras armé de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vient de décerner une mention assez bien à la Suisse. Il considère que son système d'échange d'informations fiscales est « conforme pour l'essentiel » dans son respect des standards internationaux. Pour faire simple : si le fisc français ou allemand adresse une demande au département suisse de l'entraide fiscale, celle-ci ne se perd plus en route. La réponse sera peut-être un peu lente, mais, en général, satisfaisante.

Certes, il ne s'agit pas d'une mention bien ou très bien, mais le résultat réjouit Ueli Maurer, le ministre suisse des Finances, membre de l'Union démocratique du centre (UDC), le parti le plus à droite du pays. Il y a peu, la Confédération était considérée comme l'un des cancres de la classe, aux côtés du Panama, des îles Vierges britanniques et des Seychelles. Champion du monde de la gestion de fortune, la Suisse abrite près du tiers de la fortune offshore de la planète. Jusqu'au dernier moment, Berne redoutait que ses pratiques en matière d'échange d'informations fiscales soient notées « non conformes » ou « partiellement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant