La Suisse met en émoi 300 000 Français

le
24
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Le francophone Didier Burkhalter - comme son nom ne l'indique pas forcément -, président de la Confédération et ministre des Affaires étrangères, s'attend à une année particulièrement difficile. Après le vote dimanche des Suisses "contre l'immigration de masse" et pour le rétablissement des quotas d'étrangers, ce libéral-radical, originaire de Neuchâtel, va devoir tenter de limiter la casse avec ses 28 partenaires européens.En effet, la dénonciation par le peuple des accords de libre circulation des personnes, signés en 2002 entre Berne et Bruxelles, active une "clause guillotine". En d'autres termes, tous les accords bilatéraux peuvent (théoriquement) être remis en question. Cela va de l'importation du vin blanc d'Alsace dans la Confédération à la reconnaissance des diplômes universitaires, en passant par l'accès des banques suisses au marché européen, en contrepartie de l'abandon du secret bancaire. Sans oublier l'embauche des travailleurs étrangers. De 8 000 à 80 000 étrangers Avant les accords de libre circulation, pour pouvoir embaucher un Français ou un Allemand, un employeur suisse devait prouver devant une commission qu'il ne parvenait pas à dénicher une personne aussi compétente dans le pays. C'était long et laborieux. En mettant fin à cette discrimination, Berne pensait attirer chaque année 8 000 étrangers supplémentaires. Seulement, voilà, il en arrive dix fois plus ! Rien d'étonnant à cela. La Suisse se porte bien...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • muck12 le mardi 25 fév 2014 à 18:39

    la suisse a toujours ete raciste

  • stricot le mardi 25 fév 2014 à 16:00

    2. Il y avait en 2012 142,000 frontaliers français, dont 66,000 à Genève, selon les stats de la Confédération Suisse (mipolod a prob des chiffres plus recents). Frontaliers = travail en Suisse. Zurich est le plus gros bassin d'emploi mais a bien peu de frontaliers. il y a aussi en tout genre 105,000 français résidents permanents.

  • stricot le mardi 25 fév 2014 à 15:59

    quelques reponses à des commentaires: 1. si on considère le FN comme extrême droite, alors l'UDC l'est aussi de par son positionnement politique (en plus de ses affiches polémiques que tout le monde connaît).

  • nayara10 le jeudi 13 fév 2014 à 20:56

    LeChypre ne connait pas la SUISSE .qu'il décrie aveuglément...

  • 445566ZM le mercredi 12 fév 2014 à 17:30

    Le peuple est souverain. Même referendum en France ? Faut-il maîtriser les frontières ? Avant l'élection européenne c'est encore une question politiquement incorrecte. Et après ? Nous le verrons bientôt !

  • SuRaCtA le mardi 11 fév 2014 à 21:47

    En effet à Suisse ne compte pas fermer ses frontières, mais simplement mettre des quotas pour mieux controler qui entre sur son territoire, pour éviter notamment d'accueillir non pas les frontaliers et les gens qualifiés qui souhaites travailler mais les Roms et autres parasites bons à rien qui n'apportent rien a leur nation. La Fance devaient s'en inspirer, Oui à ceux qui sont plus des solutions, Non à çeux qui sont plus des problèmes.

  • mark92 le mardi 11 fév 2014 à 21:44

    Qu'ils restent neutrent comme en 1940. L'histoire nous dira.

  • mipolod le lundi 10 fév 2014 à 20:14

    @Lartigue, ce sont 169 000 frontaliers qui franchissent la frontière tous les jours. Il y en a encore quelques milliers qui vivent en Suisse

  • pierry5 le lundi 10 fév 2014 à 12:44

    Ils essayent de faire la même chose avec les Luxembourgeois et les Autrichiens, ça les em... quand un pays va bien. Notons que pour ce qui est de l'immigration, pas mal de pays de la CEE limitent déjà récemment la Grande Bretagne et aussi le Luxembourg, les Pays Bas certains pays scandinaves. Bien les Suisses veulent tout simplement faire la même chose et ils ont bien raison.

  • pierry5 le lundi 10 fév 2014 à 12:40

    L'UE, une catastrophe, il on fait crever Chypre qui était une petite Suisse auparavant, ils essayent de faire l