La Suisse fait baisser les taux obligataires

le
0
C'est la rançon du succès. La crise des pays périphériques qui secoue la zone euro fait de la Suisse une place financière refuge.

C'est la rançon du succès. La crise des pays périphériques qui secoue la zone euro fait plus que jamais de la Suisse une place financière refuge. Ce n'est pas l'effet secret bancaire mais la quête de placements sûrs. Les banques suisses enregistrent depuis le début de la crise d'importants afflux de capitaux, qui ont transformé le pays en importateur net de capitaux. Les réserves de la Banque nationale suisse (BNS) ont plus que triplé entre fin 2009 et fin juillet 2012.

Cet afflux d'argent contribuerait, selon une étude de l'agence de notation Standard & Poor's, à faire baisser les taux d'intérêt des dettes souveraines de pays bénéficiant d'une solide notation comme l'Autriche, l'Allemagne, la Finlande, la France et les Pays-Bas. Le tour de passe-passe est tout simple: afin d'éviter une trop forte appréciation de sa monnaie - combat que la banque mène depuis un an pour maintenir un taux plancher à 1,20 pour 1 euro -, l'institut s'empresse de recycler les cap

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant