La Suède s'oppose au rachat d'AstraZeneca par Pfizer

le
4
LA SUÈDE S'OPPOSE AU RACHAT D'ASTRAZENECA PAR PFIZER
LA SUÈDE S'OPPOSE AU RACHAT D'ASTRAZENECA PAR PFIZER

par Sven Nordenstam

STOCKHOLM (Reuters) - Des ministres suédois ont engagé vendredi une offensive contre le projet d'OPA de Pfizer sur le laboratoire AstraZeneca dont près de 6.000 salariés se trouvent en Suède, soulignant les risques pour l'emploi et la recherche.

Les ministres des Finances Anders Borg, de l'Industrie Annie Loof et de l'Education Jan Bjorklund ont tous trois jugé que les actionnaires d'AstraZeneca devraient "sérieusement envisager de rejeter" le projet de Pfizer à moins d'être sûrs de son impact.

AstraZeneca, issu d'une fusion anglo-suédoise il y a 15 ans, a rejeté l'offre de Pfizer. Mais le géant américain de la pharmacie a laissé entendre qu'il pourrait relever son offre. Et malgré les réserves des responsables politiques britanniques à ce projet, Astra a dit qu'il serait dans l'obligation d'étudier une offre à bon prix.

Pfizer s'est engagé à conserver pendant cinq ans 20% de ses effectifs employés dans la recherche en Grande-Bretagne, où se trouve le siège d'AstraZeneca, sans en faire un décompte précis.

Parallèlement, le laboratoire américain a annoncé que le budget global de recherche du groupe issu de la fusion serait inférieur à la somme des budgets de chacune des deux sociétés.

Les chiffres laissent penser que la Suède pourrait avoir raison de se méfier.

Pfizer emploie environ 11.000 personnes pour sa recherche dans le monde, tandis qu'AstraZeneca en emploie 9.000. Le total des effectifs des deux groupes au Royaume-Uni est de 3.450, dont 2.600 chez AstraZeneca et 850 chez Pfizer, soit 17,25% de l'ensemble des salariés des deux groupes réunis.

Or, AstraZeneca à l'intention de supprimer d'ici 2016 400 postes dans la recherche, qui sera regroupée sur un nouveau site à Cambridge, ce qui laisse penser que les centres de recherche en Suède et aux Etats-Unis devront contribuer davantage au plan de baisse des effectifs si Pfizer veut respecter son objectif de maintien de 20% des emplois dans la recherche au Royaume-Uni.

En Suède, AstraZeneca emploie 5.900 personnes, dont 2.200 travaillent dans les activités de recherche et le développement (R&D), soit 25% du total des effectifs de R&D d'AstraZeneca.

Le laboratoire est né de la fusion en 1999 du suédois Astra et du britannique Zeneca.

(avec Ben Hirschler zt Niklas Pollard, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 le vendredi 16 mai 2014 à 13:29

    https://www.youtube.com/watch?v=Jg3my09rjvg

  • pbenard6 le vendredi 16 mai 2014 à 13:28

    copé ne pense qu'à ses amis de la finance

  • berkowi le vendredi 16 mai 2014 à 13:07

    Comme quoi le décret "veto" d'A. Montebourg n'est pas aussi stupide que l’opposition le dit. N'est ce pas Mr Copé !!

  • msglyon le vendredi 16 mai 2014 à 12:25

    Ah, voyez ce que font les dirigeants des pays d’Europe. Ni plus ni moins que ce que fait notre gouvernement français. Et on parle ici des suédois, souvent encensés dans les médias populaires français.