La succession de Moubarak en jeu

le
0
C'est le véritable enjeu des élections législatives égyptiennes, un scrutin verrouillé par le parti au pouvoir.

Les sondages préélectoraux sont interdits sur les bords du Nil, mais avant le premier tour des législatives, dimanche, les Égyptiens n'en ont pas besoin. «L'Égypte est l'un des rares pays au monde où les résultats des élections sont connus à l'avance», ironise un éditorialiste du journal al-Chorouq al-Gedid, selon lequel «tous les scrutins depuis quatre décennies ont été truqués». Les observateurs ont dénoncé lors des précédentes élections des «fraudes massives et systématiques». Dans ce contexte, la floraison des banderoles des 5 000 candidats qui se disputent les 508 sièges à l'Assemblée du peuple n'efface pas la désillusion des 40 millions d'Égyptiens appelés à voter, résignés à une victoire écrasante du Parti national démocratique (PND) du président Hosni Moubarak. Les observateurs s'attendent à un très faible taux de participation. Il n'aurait pas dépassé 10 % lors des précédentes législatives, en 2005.

Les autorités ont pourtant m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant