La stratégie «ouverte mais ferme» de Fillon

le
0
Les proches de l'ex-premier ministre s'engagent à retirer leur groupe en échange d'un nouveau vote.

Peut-on parler de guerre d'usure? À la question, ce proche de l'ancien premier ministre sourit. «Ce qui est sûr, c'est que l'équipe autour de François Fillon est très soudée», assure-t-il. Bien que souvent décrit comme solitaire, le député de Paris, au contraire, aurait eu tout au long de cette campagne interne «un fonctionnement collégial». Les décisions stratégiques sont en tout cas discutées.

Depuis le début de la «crise», c'est-à-dire depuis le lendemain du vote des militants, le 18 novembre, le téléphone de Fillon «chauffe» toute la journée. Généralement, le matin, une première réunion constituée autour de son petit groupe de départ - Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et Éric Ciotti - à laquelle est désormais «très présent» François Baroin, donne le ton de la journée. Deux «nouveaux points» avec l'équipe ont ensuite généralement lieu en milieu d'aprè...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant