La stratégie mobile dispersée de Facebook

le
0
La stratégie mobile dispersée de Facebook
La stratégie mobile dispersée de Facebook

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg sera l'un des participants d'une conférence très attendue le 2 mars 2015 lors de l'ouverture du Mobile World Congress de Barcelone. Ce sera l'occasion pour lui de revenir sur la stratégie mobile de Facebook, impérial sur le secteur des réseaux sociaux, avec plus de 1 milliard de membres inscrits, mais mis en difficulté sur le mobile face à une concurrence sans cesse innovante.Si l'application Facebook donne bien évidemment accès à l'ensemble des fonctionnalités du réseau social, de la gestion de son compte à la consultation de son fil d'information, en passant par le partage de photos, Messenger gère de son côté la messagerie instantanée et la VoIP. Cette application permet de communiquer facilement et à tout moment avec l'ensemble de ses amis l'ayant également installée, les appels étant illimités via une simple connexion Wi-Fi.

Messenger, loin de convaincre l'ensemble des utilisateurs de Facebook, se heurte à de nombreuses alternatives à la fois populaires et innovantes, la plus connue étant Whatsapp que le réseau social a même décidé de racheter en 2014. Ses autres concurrents ont pour nom Skype (Microsoft), Hangouts (Google), Libon (Orange), Line ou encore BBM (BlackBerry).

Une idée, une appli...

Facebook possède en outre Instagram, la plate-forme de partage de photos célèbre pour ses fameux filtres. Extrêmement complète, elle propose aujourd'hui un outil complet de capture, d'édition et de partage de photos et de vidéos.

Le réseau a également développé Rooms et Paper (sous iOS), des programmes plus confidentiels destinés à créer des salons de discussion et à raconter des "histoires illustrées" sous la forme d'un magazine virtuel. Enfin, Facebook Home facilite quant à elle l'implémentation de Facebook dans un téléphone Android de dernière génération, plaçant ainsi le réseau social au c½ur de l'activité de son mobile.

À côté de tout cela, il y a aussi des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant