La stratégie de la France pour imposer Lagarde au FMI

le
0
L'Élysée ne veut pas apparaître en première ligne mais voit converger avec satisfaction les Européens vers la ministre de l'Économie pour prendre la succession de DSK à Washington

Laisser dire et surtout ne rien montrer. La ministre de l'Économie, Christine Lagarde, voit peu à peu les soutiens européens converger vers son nom pour être la candidate du Vieux continent à la direction générale du FMI. L'Allemagne n'a encore rien dit officiellement mais si Nicolas Sarkozy présente sa ministre de l'Economie, Berlin la soutiendra indique-t-on outre-Rhin.

La Française pourrait également recevoir un autre soutien de poids cet après midi: le chef de l'Etat s'est entretenu avec le premier ministre britannique, David Cameron,et ce dernier pourrait envoyer un signal positif d'ici ce soir. Par ailleurs, l'ancien ministre des Finances turc Kemal Dervis, très souvent cité comme un candidat séreiux à la succession de DSK à la tête du FMI a annoncé en fin de journée vendredi qu'il ne serait pas candidat au poste de directeur général.

La stratégie de l'Élysée a évolué au cours des dernières heures. Paris ne veut surtout pas apparaître comme étant à la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant