La statistique de l'emploi a pesé sur Wall Street

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse lundi, pour la quatrième séance d'affilée, en réaction à une médiocre statistique de l'emploi publiée vendredi dernier.

La cote, qui était parvenue à réduire ses pertes dans le courant de l'après-midi, les a à nouveau aggravées dans les dernières transactions et les indices affichent des reculs de 1% au moins.

Le Dow Jones termine pour sa part en deçà de sa moyenne mobile de 15 jours pour la première fois depuis le 19 décembre.

L'indice S&P-500 a touché un plus bas de plus de trois semaines en séance mais a fini bien au-dessus de sa moyenne mobile de 50 jours proche de 1.371.

Le Dow Jones perd 130,55 points (1,00%) à 12.929,59. Le S&P-500 cède 15,88 points (1,14%)à 1.382,20. Le Nasdaq Composite abandonne 33,42 points (1,08%) à 3.047,08.

L'économie américaine a créé nettement moins d'emplois qu'attendu en mars, ce qui devrait prolonger le débat sur la nécessité pour la Réserve fédérale d'adopter de nouvelles mesures de soutien à la croissance, même si le taux de chômage, à 8,2%, est au plus bas depuis trois ans.

A la suite des pertes modestes de la semaine passée, des seuils de soutien se dégagent de 1.375 à 1.380 pour le S&P, observe Scott Davies (Brown Brothers Harriman).

"Nous avons réagi à des chiffres de l'emploi faibles et maintenant nous allons passer aux résultats de sociétés, surtout les banques dans le courant de la semaine", a dit en séance Paul Nolte (Dearborn Partners).

La statistique soulève des questions sur la capacité des Etats-Unis à stimuler la croissance mondiale, en un moment où refont surface les craintes vis-à-vis de la situation de la dette en Europe et de la Chine, pour laquelle certains commencent à craindre un atterrissage en catastrophe.

Une statistique des prix à la production très terne vient alimenter l'hypothèse qu'un ralentissement de la croissance est devenu le problème cardinal du gouvernement chinois, et non plus l'inflation.

Mais un tel contexte relance également les espoirs de voir la Réserve fédérale lancer un troisième programme d'assouplissement quantitatif (QE3).

Les pertes ont été portées surtout par les financières, dont l'indice S&P a perdu 1,61%, et les industrielles, dont l'indice a cédé 1,61% également.

La "saison" des résultats de sociétés est lancée cette semaine avec Alcoa qui, comme à l'accoutumée, ouvrira le bal mardi après la clôture.

AOL a bondi de 43,3%. AOL a annoncé lundi la vente de plus de 800 brevets à Microsoft pour un peu plus d'un milliard de dollars.

Microsoft a perdu 1,33%.

Angela Moon, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant