"La stabilité de l'Ukraine passe par une très étroite coopération entre la Russie et l'UE"

le
0
Sergueï Lavrov a adopté un ton nettement plus conciliant vis-à-vis de l'Ukraine, comme de l'Union européenne.
Sergueï Lavrov a adopté un ton nettement plus conciliant vis-à-vis de l'Ukraine, comme de l'Union européenne.

Depuis la chute du président Ianoukovitch, Moscou alterne le chaud et le froid en Ukraine. Lundi, menaces commerciales vis-à-vis de l'Ukraine et mots durs à l'encontre de l'UE. Mardi, le ton est plus conciliant. "Les Russes sont comme les Européens : ils ne savent pas bien quoi faire", dit un proche du dossier. Jean Asselborn, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, a rencontré son homologue russe, Sergueï Lavrov, mardi à Moscou. Il répond en exclusivité aux questions du Point.fr.

Le Point.fr : Vous sortez du bureau du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. La veille, le Premier ministre Medvedev avait eu des mots très durs sur l'Ukraine et sur l'Union européenne. Lavrov était-il sur la même ligne ?

Jean Asselborn : Je dois dire que la réunion a été très rationnelle. Je n'ai ressenti aucune agressivité de la part du ministre Lavrov, ni envers l'Union européenne ni envers l'Ukraine. J'avais expliqué que la troïka des ministres français, allemands et polonais présents à Kiev le 21 février dernier n'avait comme seul objectif que d'arrêter la violence.

Sergueï Lavrov a critiqué l'influence des groupes extrémistes en Ukraine. Il s'est déclaré opposé à une élection présidentielle anticipée le 25 mai, car c'est, à ses yeux, un renoncement à l'accord de sortie de crise signé vendredi dernier par le président Ianoukovitch et par les dirigeants de l'opposition. Sergueï Lavrov a mis l'accent sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant