La SPA porte plainte contre les organisateurs de corrida

le
0
La SPA porte plainte contre les organisateurs de corrida
La SPA porte plainte contre les organisateurs de corrida

La SPA a lancé jeudi une guerre judiciaire contre la corrida. Elle a déposé plainte à Paris pour « sévices graves et actes de cruauté » envers les taureaux et les chevaux visant les toreros, les organisateurs et les municipalités qui les autorisent.Présidente de la SPA, Natacha Harry a décidé de « s'engager de manière énergique sur un grand plan d'actions judiciaires contre les tortionnaires des bêtes » pour « donner un coup d'accélérateur à la lutte contre les maltraitances animales sous toutes ses formes, comme la corrida qui met en spectacle la souffrance animale pour divertir les êtres humains ».« Les affichages, les pétitions, le travail que l'on fait auprès des politiques ont montré leurs limites. Nous allons donc agir sur un plan judiciaire pour faire évoluer la législation en France et nous commençons par la corrida qui perdure dans 10 départements français au titre d'une exception culturelle », a-t-elle déclaré. L'opinion publique est globalement opposée à la pratique de la corrida et reconnaît les souffrances endurées par les taureaux, animaux doués de sensibilité. #StopCorrida pic.twitter.com/7FaPOfKGKe— La SPA France (@SPA_Officiel) November 9, 2017Ce plan d'actions judiciaires s'appuie sur le statut des animaux reconnu depuis 2015 dans le Code civil comme des êtres vivants doués de sensibilité, explique Eric Gaftarnik, secrétaire général de la SPA.« La plainte que nous avons déposée concernant la corrida sera suivie d'autres actions judiciaires, comme des citations directes. Dans ce cadre nous attaquerons directement les organisateurs de corridas lorsqu'elles se produiront, à savoir les municipalités, les sociétés organisatrices, les toreros », a-t-il dit précisant « travailler en collaboration avec la Flac » (Fédération des luttes pour l'abolition de la corrida).LIRE AUSSI> Un militant anti-corrida renversé par un taureauDans les neuf mois à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant