La Soudanaise chrétienne s'est réfugiée à l'ambassade américaine à Khartoum

le
0
La Soudanaise chrétienne s'est réfugiée à l'ambassade américaine à Khartoum
La Soudanaise chrétienne s'est réfugiée à l'ambassade américaine à Khartoum

La chrétienne soudanaise dont la condamnation à mort avait été annulée et qui avait été arrêtée en tentant de quitter le pays a trouvé refuge à l'ambassade des Etats-Unis à Khartoum, au Soudan, a déclaré son avocat ce jeudi.

«Elle est à l'ambassade américaine en ce moment», selon Me Mohanad Mustafa qui n'a donné plus de précisions. Interrogé, un porte-parole de la mission diplomatique n'a pas fait de commentaires. «Elle et son mari pensent qu'il s'agit d'un endroit sûr pour eux», a ajouté l'avocat.

Meriem Yahia Ibrahim Ishag, 26 ans, avait été arrêtée mardi à l'aéroport alors qu'elle tentait de quitter le Soudan avec son mari et leurs deux enfants, puis inculpée d'usage de faux. Khartoum l'accuse d'avoir présenté un faux document et fourni de fausses informations pour partir.

Le procureur avait décidé de la laisser rentrer chez elle sous le contrôle d'un garant, avait déclaré plus tôt dans la journée Me Mohanad Mustafa, ajoutant qu'elle ne pourrait pas quitter le pays. Meriem Yahia Ibrahim Ishag a pu quitter le commissariat après que ses avocats et les autorités sont tombés d'accord sur un garant qui a donné des gages qu'elle se présenterait à la justice en cas de convocation. Le nom de cette personne n'a pas été dévoilé.

Retenue à l'aéroport par des policiers

Le cas de cette jeune femme, qui met au jour la question de la liberté de culte au Soudan, et sa condamnation à la peine de mort le 15 mai ont suscité l'indignation de gouvernements occidentaux et de groupes de défense des droits de l'homme.

Une cour d'appel a décidé lundi de sa libération de prison, où elle était détenue avec ses enfants. Mais, menacée de mort, elle a dû se cacher dès sa sortie. Elle s'est ensuite rendue à l'aéroport de Khartoum avec son mari et leurs enfants, pour quitter le Soudan.

C'est là, selon son époux, Daniel Wani, qui a la double nationalité américaine et sud-soudanaise, qu'elle a été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant