La sortie de prison de l'ex-femme de Marc Dutroux retardée

le
0

BRUXELLES (Reuters) - Le ministère public belge a fait appel de la libération conditionnelle de Michelle Martin, l'ancienne épouse et complice du pédophile Marc Dutroux.

Mardi, un tribunal de Mons a décidé de placer Michelle Martin, emprisonnée depuis 1996 et qui n'a purgé que la moitié de sa peine de prison, en liberté conditionnelle dans un couvent.

Le procureur général de Mons, Claude Micheaux, a déclaré mercredi à Reuters qu'il avait fait appel de cette décision. "Je pense qu'il y a un problème juridique, nous sommes en train de l'analyser", a-t-il dit.

Condamnée à trente ans de réclusion criminelle pour avoir aidé son mari à commettre ses crimes, dont la cruauté a traumatisé l'opinion publique belge dans les années 1990, Michelle Martin était censée être libérée d'ici deux semaines et placée dans le couvent de Clarisses, à Malonne, un village situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Bruxelles.

Même si la requête du procureur n'aboutit pas, l'ex-femme de Marc Dutroux pourrait rester en prison 30 jours supplémentaires, le temps que la décision d'appel soit rendue.

Les crimes de Marc Dutroux, arrêté en 1996 et reconnu coupable de l'enlèvement et du viol de six fillettes, dont deux ont été tuées par lui tandis que deux autres sont mortes de faim, continuent de hanter le royaume. Marc Dutroux a été condamné à la prison à perpétuité.

Robert-Jan Bartunek, Baptiste Bouthier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant