La société vénézuélienne gangrenée par la violence

le
0
Depuis qu'Hugo Chavez est arrivé au pouvoir en 1998, le nombre d'homicides a été multiplié par quatre.

Une nouvelle boîte de nuit a ouvert le 21 mars dernier sur l'île très touristique de Margarita. Elle s'appelle El Yate Club (Le Yacht Club). Air conditionné, DJ de renom, stripteaseuses, tout était fait pour que la soirée soit réussie sur cette île vénézuélienne. Lieu des réjouissances: la prison de San Antonio de Margarita! Les prisons vénézuéliennes ont depuis longtemps échappé au contrôle des autorités. Abritant 48.000 détenus pour 17.000 places, elles sont un parfait exemple des effets de la politique de sécurité pendant les 15 années de pouvoir d'Hugo Chavez. Pour lui, la délinquance était la conséquence d'une pauvreté provoquée par le néolibéralisme. Mais si la pauvreté a considérablement baissé depuis 1998, les chiffres de la délinquance ont, eux, explosé: le nombre d'homicides est passé de 5968 en 1999 à 21.692 en 2012, selon l'observatoire vénézuélie...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant