La SNCM dans le rouge : réunion de la dernière chance pour les ferries corses

le
0
La SNCM dans le rouge : réunion de la dernière chance pour les ferries corses
La SNCM dans le rouge : réunion de la dernière chance pour les ferries corses

Vont-ils parvenir à s'entendre ? La direction de la SNCM, les syndicats et les actionnaires ont rendez-vous ce mardi après-midi à Marseille pour tenter de sortir la compagnie corse maritime de la tourmente. Les avis quant à la solution pour sortir du rouge les ferries de la SNCM sont toujours divisés : l'Etat (25%) et l'actionnaire majoritaire, Transdev (66%), plaident pour un redressement judiciaire que les syndicats rejettent. L'Etat et Transdev plaident en ce sens, pour remettre la compagnie à flot et gommer les 400 millions d'aides publiques que la Commission européenne demande à la SNCM de rembourser.

Cette ultime réunion de conciliation, autour du médiateur Gilles Bélier, se tient à la préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille. Elle s'inscrit dans le processus ayant permis de stopper la grève qui avait paralysé le trafic durant dix sept jours, en plein juillet touristique. Mais jusqu'ici, Gilles Bélier n'a pas trouvé de solution commune. Or, selon le quotidien Les Echos, l'entreprise pourrait être en cessation de paiement début janvier, et même dès début novembre si elle ne compte pas les 20 millions d'euros obtenus des compagnies d'assurance après l'accident du Napoléon-Bonaparte en décembre 2012, placés sur un compte sous séquestre. Le résultat serait la liquidation, pure et simple. Il y a donc urgence et Transdev devrait, toujours selon le quotidien économique, tenter un processus procédurier pour forcer la voie du règlement judiciaire.

200 millions d'aides illégales à rembourser

Début octobre, la direction de la SNCM avait présenté aux représentants des salariés un nouveau «schéma d'exploitation» prévoyant le maintien de 800 à 1 000 emplois sur un total de 2 000 dont 1 508 en CDI. 

Vigoureusement opposés à cette option, les syndicats estiment, eux, qu'une telle opération ne les prémunira pas contre des condamnations européennes mais permettra en revanche aux actionnaires de faire un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant