La SNCF répercute la hausse de la TVA, pas l'inflation

le
5
L'augmentation de la TVA de 7 à 10 % au 1er janvier sur les transports collectifs entraînera une hausse du tarif des billets de train.

Ils ont beau avoir l'oreille de l'Élysée, ni Guillaume Pepy, président de la SNCF, ni Jean-Marc Janaillac, président de l'Union des transports publics, n'ont réussi à convaincre que les transports collectifs devaient conserver le taux de TVA réduit à 5,5 % dont ils bénéficiaient jusqu'à fin 2011, avant de passer à 7 %. Dans les transports publics, le taux de TVA va donc passer de 7 à 10 % le 1er janvier. De la SNCF à la RATP en passant par la plupart des réseaux de province, il sera intégralement répercuté par les entreprises sur le prix des billets.

Le président de la SNCF s'est déchaîné contre le nouveau taux de TVA. Plutôt que de parler d'une hausse des prix des billets de train, il a dénoncé «un impôt» sur les titres de transport. Sur le ton de l'ironie, il a fustigé l'exception accordée aux places de cinéma, dont le taux passera de 7 à 5,5 %: «C'est vrai, c'est vital le cinéma!», s'est-il exclamé en réclamant, sans succès, d'exempter les tarifs sociaux et «les trains de la vie quotidienne».

Les entreprises de transports collectifs craignent que cette décision pousse sur la route un peu plus de familles déjà convaincues que prendre sa voiture revient moins cher que de prendre le train. Une préoccupation balayée d'un revers de main. Le gouvernement a en effet estimé que les entreprises de transport s'y retrouveraient en bénéficiant du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et que rien ne les obligeait à répercuter la hausse de la TVA sur les consommateurs.

Matignon accusé de privilégier la route

Las. Les opérateurs de transport relèveront leurs tarifs de 3 % pour répercuter l'intégralité de la hausse de la TVA. En revanche, tous devraient prendre à leur charge l'inflation d'environ 1 % constatée en 2013, sans la répercuter sur les tarifs 2014. En tout cas, pas tout de suite.

La hausse de la TVA, ajoutée au report de l'écotaxe poids lourds, a conduit la Fédération nationale des usagers des transports (Fnaut) à conclure que le gouvernement Ayrault privilégie la route. Les ministres écologistes apprécieront. Selon la Fnaut, la TVA à 10 % dans les transports va pénaliser les usagers pour qui il s'agit d'un service de première nécessité. Cette hausse risque aussi, selon l'association, de provoquer une diminution de l'offre de transport de proximité alors que la demande ne cesse d'augmenter. Enfin elle pourrait fragiliser un peu plus les services ne bénéficiant pas de subventions, tel le TGV, dont le trafic accuse déjà un recul.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le lundi 30 déc 2013 à 11:08

    Super, en espérant que les retards fréquents ne soient pas répercutés non plus...

  • faites_c le lundi 30 déc 2013 à 10:58

    "Les entreprises de transports collectifs craignent que cette décision pousse sur la route un peu plus de familles déjà convaincues que prendre sa voiture revient moins cher que de prendre le train." Pourquoi? Ce n'est pas vrai que prendre le train coûte plus cher que prendre sa voiture? La SNCF a bien essayé de me convaincre il y a 30 ans du contraire (alors qu'elle générait un deficit abyssal) sans arriver à ses fins. Vu les prix d'aujourd'hui, la voiture reste plus économique que le train!

  • supersum le lundi 30 déc 2013 à 10:29

    La sncf n'aura plus qu'à pousser ses trains vides bientot

  • zgorbull le lundi 30 déc 2013 à 10:26

    Beaucoup de fonctionnaires ne payent pas le train (élus, militaires, employés/retraités SNCF, fonctionnaires territoriaux etc...), donc le gouvernement ne sent pas concerné par les hausses de prix répétées de la SNCFd'ailleurs je suis qu'Hollande pense que le train est gratuit

  • M5462830 le lundi 30 déc 2013 à 09:32

    On nous le encre plus profond