La SNCF partenaire d'AirBnB, Ouicar et KidyGo pour voyager moins cher

le , mis à jour à 11:23
0
La SNCF partenaire d'AirBnB, Ouicar et KidyGo pour voyager moins cher
La SNCF partenaire d'AirBnB, Ouicar et KidyGo pour voyager moins cher

«Votre voyage vous fait gagner de l'argent». C'est le nouveau slogan de la SNCF. Le voyagiste sur son site voyages.sncf.com propose à ses clients de louer leur appartement, leur voiture ou des jeunes de voyager à l'oeil en accompagnant un bambin via les plateformes AirBnB, Ouicar et KidyGo.

«Aujourd'hui nous inventons le voyage qui rapporte de l'argent. Quand quelqu'un prend le train et laisse derrière lui sa voiture ou son appartement, nous lui proposons de mettre ces biens inactifs en location auprès de nos partenaires afin qu'ils lui rapportent de l'argent», explique Franck Gervais, le DG de voyages.sncf.com dans le JDN. Dans un premier temps, ces partenariats annoncés ce mardi seront en test pour 6 mois mais les perspectives de développement sont importantes. Pour lancer la machine, les clients de Airbnb vont recevoir un bon d'achat de 125 euros pour acheter un billet.

Selon voyages-sncf.com cela pourra intéresser 10 % de ses clients d'ici 3 ans. «Pour l'instant, nous nous adressons uniquement aux gens qui ont déjà réservé. Mais nous réfléchissons à nous positionner juste avant l'achat car, par exemple, donner l'idée de mettre sa voiture en location peut lever une hésitation sur le prix du billet. Ainsi, le voyage d'un couple marseillais qui se rend à Paris pour le weekend et loue son appartement dans l'intervalle ne lui coûtera rien. Et cela l'encouragera à réserver un autre voyage», poursuit Franck Gervais avant d'ajouter: «avec KidyGo, c'est un peu différent. Cette start-up lyonnaise sélectionne des jeunes auxquels les familles paient leur billet de train en échange du babysitting qu'ils assurent pendant le trajet», poursuit Franck Gervais. Un bon plan pour les étudiants.

Cependant, les particuliers ne doivent pas oublier qu'à partir du 1er juillet 2016, les plateformes devront envoyer à leurs usagers un relevé annuel de revenus afin qu'ils puissent être déclarés au fisc.

De leur côté, ces plateformes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant