La SNCF lance une offensive sur les prix

le
0
Régulièrement accusée de pratiquer des prix de TGV trop élevés, la SNCF s'apprête à vendre un million de billets de trains à tarifs réduits d'ici à la fin de l'année.

Les prix des billets de TGV sont-ils trop élevés pour la bourse des Français? Avant les fêtes, la SNCF a décidé de convaincre les voyageurs que tel n'est pas le cas. «Notre objectif d'ici à la fin de l'année est de leur redonner envie de prendre le train, lance Barbara Dalibard, la directrice de la branche Voyages de la SNCF. Nous allons multiplier les petits prix. Nous venons de lancer une promotion en vendant un million de billets à 17 euros. Nous allons également multiplier par cinq le nombre de trains 100% Prems, notamment le samedi ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.» 2000 TGV Prems sont ainsi programmés entre le 17décembre et le 3 janvier. La SNCF a converti des trains normaux en trains Prems. C'est la première fois qu'une opération d'une telle envergure est lancée. L'année dernière, les ventes de fin d'année commençaient tout juste à se ­redresser après plusieurs mois de crise. Barbara Dalibard compte que cette année, les ventes soient donc «supérieures» à celles de la fin 2009.

L'effort de la SNCF intervient alors que l'entreprise est régulièrement montrée du doigt par les associations de consommateurs et par RFF, l'entreprise propriétaire des infrastructures, qui estime que la SNCF peut accroître ses péages à RFF sans compromettre son équilibre économique.

Mi-novembre, un rapport du Boston Consulting Group, un cabinet d'études stratégiques, détaillait le modèle économique du TGV. Selon ses conclusions publiées dans Les Échos, le prix moyen du billet de TGV aurait progressé de 18,4% en sept ans. Le chiffre d'affaires de la branche a progressé de 6,7% chaque année entre 2002 et 2009. Et le produit moyen par voyageur et par kilomètre aurait représenté une hausse de 26,4% lors de la même période.

Remplir les trains à tout prix

Pour Sia Conseil, un cabinet d'études spécialisé notamment dans le secteur du transport, l'offensive lancée par la SNCF répond à deux impératifs. «Il y a d'une part une stratégie de communication, souligne Arnaud Aymé, directeur associé de SIA Conseil. La SNCF veut tordre le cou à cette idée que les billets de trains sont chers et réservés à une clientèle aisée. Or ces dernières années, les associations de consommateurs et certains élus l'ont laissé entendre.» Il est vrai que le peu de lisibilité de la politique tarifaire et la pratique du «yield management» ne permettent pas toujours de s'y retrouver. «L'autre raison est économique, poursuit Arnaud Aymé. Les clients ont actuellement plus de mal à se déplacer du fait de la conjoncture. Et plutôt que de maintenir des prix élevés et de voir son taux de remplissage s'effondrer, la SNCF préfère jouer la carte du volume en remplissant ses trains.» Globalement sur l'ensemble de l'année, la SNCF a enregistré une hausse de 1,7% du trafic sur le TGV, hors grève.

LIRE AUSSI:

» Le manque d'investissements menace l'avenir du TGV

» La Cour des comptes épingle la RATP et la SNCF

» Les prix des TGV se sont envolés depuis 2002

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant