La SNCF face au casse-tête de la dette

le
0
Pour enrayer le surendettement du rail français, la SNCF vient de présenter sa recette : une réforme en quatre points qu'elle soumet à la sagacité du gouvernement à quelques semaines d'un projet de loi de réforme du transport ferroviaire en France.

Trois d'entre eux ont déjà été abordés: la création d'un groupe public unifié qui rapprocherait la gestion des infrastructures, actuellement confiée à RFF, et l'exploitation du réseau, d'un «cadre social harmonisé» qui donnerait naissance à une nouvelle branche professionnelle, et d'une gou­ver­nance ouverte qui associerait l'État aux collectivités pour arbitrer les investissements.

La quatrième proposition, la création d'un «pacte national pour le rail», selon l'expression choisie par Sophie Boissard, la directrice générale de la SNCF chargée de la stratégie, n'avait encore jamais été évoquée.

«Avec les efforts de trois acteurs, on doit arriver à réduire la dette, a expliqué jeudi Sophie Boissard lors d'un séminaire avec des journalistes. En devenant actionnaire du réseau, SNCF aura les moyens de prendre en compte une partie de la dette. Les clients, à la fois passagers et autorités organisatrices de transport (les régions, NDLR) pourraient aussi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant